CyberKnife offre une seconde chance

Don Davidson

Don Davidson se sentait bien lorsqu’il a consulté son médecin à Kingston pour une bosse au cou en juillet 2011.

Il a donc été complètement sidéré par le diagnostic : un mélanome de stade 4 qui s’était propagé au cerveau. Malgré l’absence de symptômes d’une maladie grave, le pronostic était incroyablement sombre : il lui restait de trois à cinq mois à vivre.

Il a reçu une radiothérapie du cerveau entier pour détruire trois tumeurs. Le traitement a été désagréable, et les effets secondaires, épouvantables : perte importante de poids, nausées, étourdissements, fatigue extrême et manque de force et de mobilité. Le rendez-vous de suivi en septembre a révélé la présence de trois autres tumeurs au cerveau. Comme une radiothérapie du cerveau entier ne peut être répétée, les médecins avaient les mains liées. On lui a conseillé de mettre de l’ordre dans ses affaires.

M. Davidson a appris par hasard en novembre la même année l’existence d’une nouvelle option : le système CyberKnife. Un bras robotisé envoie des doses élevées de radiation pour désintégrer des tumeurs dans des endroits inopérables, comme le cerveau. Ce système est si précis qu’il détruit la tumeur sans endommager les tissus sains autour. Entièrement financé par des dons, il n’était disponible que dans deux hôpitaux en Ontario, dont le Centre de cancérologie de L’Hôpital d’Ottawa.

« Mon médecin a envoyé une demande le lendemain et je suis venu à Ottawa », explique M. Davidson.

Le traitement, indolore, a duré environ 45 minutes. Le patient est ensuite retourné chez lui et n’a eu aucun effet secondaire.

Les radiographies subséquentes ont montré que les tumeurs étaient parties. Comme son neurologue a dit, « sa tête est vide » (de tumeurs). Et le cancer ne s’était pas propagé.

En mai dernier, un examen d’IRM a révélé la présence d’un mélanome au cerveau. M. Davidson a donc reçu un autre traitement par CyberKnife. Là encore, la tumeur était disparue à l’examen d’IRM subséquent. Le système CyberKnife avait de nouveau accompli sa mission.

« Je me réveille chaque matin heureux d’être en vie », confie M. Davidson, qui se sent bien et vaque à ses activités habituelles.

Il peut poursuivre sa vie grâce au système CyberKnife.