Grandir près du Campus Civic

Melanie and Maureen Tod

Les Tod ont grandi près de l’Hôpital, et l’Hôpital a grandi près d’eux.

Quand Charles et Maureen Tod ont déménagé à Ottawa en 1963 avec leurs jeunes filles, Cynthia et Melanie, ils ont choisi une maison à partir de laquelle Charles pouvait se rendre au travail au centre-ville à pied. Ça lui prenait 43 minutes. Leur maison ne se trouvait qu’à quelques coins de rue de l’ancien Hôpital Civic.

Maureen habite toujours à quelques coins de rue seulement de l’Hôpital, à la maison de retraite Duke of Devonshire, sur l’avenue Carling. Elle a déménagé là en 2009 avec Charles, lorsqu’il a commencé à souffrir de la maladie d’Alzheimer. Le couple y a célébré son 60e anniversaire de mariage, avant le décès de Charles.

Maureen s’assoit près de Melanie sur le sofa dans sa chambre pour comparer des notes. Elles s’accordent pour dire que leur famille a de la chance qu’aucun membre n’ait eu besoin de soins continus en raison de maladie grave, comme le diabète ou le cancer. Cependant, Maureen déclare qu’avec deux jeunes filles, ils ont « utilisé les services de l’Hôpital pour des choses mineures », dont l’amygdalite, l’appendicite, des commotions cérébrales, des entorses et des points de suture.

« Il me semble que chaque fois que je tombais d’un arbre, j’y allais. Tu m’emmenais à L’Hôpital d’Ottawa lorsque l’Urgence se trouvait à l’arrière », rappelle Melanie à sa mère. « Quand j’avais à peu près douze ans, j’allais dans les tunnels et je faisais des courses avec les lits à roulettes ».

Faire un donL’Hôpital était présent dans leur vie. Le bureau de leur médecin de famille se trouvait à la clinique Melrose, au Campus Civic. C’est là que Maureen faisait du bénévolat, et elle était acheteuse de bonbons à la boutique de cadeaux. Elle a dit qu’ils vendaient pour 500 $ de bonbons par semaine. Charles a fait ajuster ses prothèses auditives à la Clinique Parkdale de l’Hôpital. Au fil des années, Melanie a subi des chirurgies exploratoires et réparatrices et son mari a été soigné à l’Unité de soins intensifs (USI) en raison de complications à la suite d’une chirurgie de la vésicule biliaire à Brockville. Chaque membre de la famille a bénéficié des soins extraordinaires fournis par L’Hôpital d’Ottawa. Au cours des dernières années, Maureen, âgée de 89 ans, s’est rendue à l’Hôpital après des chutes causées vraisemblablement par des AVC mineurs diagnostiqués à l’Hôpital.

« Beaucoup de tes amies comptaient sur L’Hôpital d’Ottawa, dit Melanie à Maureen. Quand leurs conjoints devaient subir des traitements contre le cancer, elles les laissaient à l’Hôpital et venaient prendre le thé. Tu as eu du soutien tout au long de ta vie à l’Hôpital ».

Maureen et Melanie comptent parmi les donatrices de l’Hôpital d’Ottawa. Maureen planifie laisser un don à l’Hôpital dans son testament. Elle dit que « ce sera utile pour que les gens aient accès aux soins de santé. J’ai presque 90 ans et je n’ai pas souvent eu besoin de soins, mais quand j’en ai eu besoin, j’ai reçu d’excellents soins et je suis toujours en santé. Je veux transmettre cela aux futures générations ».

L’Hôpital d’Ottawa est reconnaissant envers les Tod pour leur générosité. Leur don futur procurera aux patients dans leur quartier, et à ceux de la région au complet, les meilleurs soins pendant les générations à venir.