Les grains radioactifs augmentent la précision chirurgicale pour les patientes atteintes du cancer du sein

Breast

Lorsqu’une petite tumeur a été dépistée durant une mammographie de routine, on a offert à Rita Nattkemper une option innovatrice pour en marquer l’endroit en vue de la chirurgie. Un grain radioactif, de la taille d’une tête d’épingle, a été injecté directement à l’intérieur de la tumeur dans son sein.

« Tout ce que j’ai à dire est que l’intervention pour implanter ce grain radioactif est sans douleur et que cela aide le médecin sur le plan de la précision, dit Rita. Et lorsqu’il enlève la masse, il enlève aussi le grain en même temps. »

Pendant les 20 dernières années, lorsqu’une femme était atteinte d’une tumeur cancéreuse au sein trop petite pour être détectable au toucher ou vue lors de la chirurgie (appelée tumeur non palpable), on devait implanter un fil métallique (connu sous le nom de harpon) au site de la tumeur afin de marquer l’endroit de cette dernière pour le chirurgien. Le fil, qui dépassait du sein de la femme, devait être inséré le matin de la chirurgie. Puis la femme devait attendre sa chirurgie, dans des conditions inconfortables, avec le fil qui dépassait de son sein. Pour ajouter à l’inconfort, de nombreuses femmes devaient jeûner depuis la veille en préparation de la chirurgie, ce qui entraînait leur évanouissement dans la salle de radiologie à la vue du fil qui dépassait de leur sein.

Cette méthode posait d’autres problèmes.

« Parfois le fil avait bougé. Et parfois, en raison de l’endroit de la tumeur, le fil pouvait avoir dépassé ou ne pas avoir atteint la tumeur. En fin de compte, il y avait donc beaucoup de travail de devinette pour exciser convenablement une tumeur cancéreuse dans le sein », explique la Dre Carolyn Nessim, chirurgienne oncologue et chercheuse clinique du Programme de thérapeutique anticancéreuse de L’Hôpital d’Ottawa.

La Dre Nessim et d’autres chirurgiens oncologues spécialisés dans le cancer du sein désiraient trouver une meilleure option.

version mobile
*Vidéo en anglais seulement

FAIRE UN DONC’est là que les grains radioactifs sont entrés en jeu. Ils sont utilisés depuis de nombreuses années pour traiter le cancer de la prostate. De multiples grains sont implantés dans la prostate, où ils émettent des radiations et tuent le cancer. Une méthode a alors été mise au point pour les patientes atteintes de cancer du sein, méthode dans laquelle on utilise un grain radioactif pour marquer l’endroit exact de petites tumeurs cancéreuses dans le sein. À l’aide d’un mammogramme pour le guider, un radiologue place un grain, si minuscule qu’il peut être injecté en toute sécurité avec une aiguille, à l’intérieur de la tumeur. Ce grain émet une très faible quantité de radiation qui est repérée dans la salle d’opération grâce à un petit compteur Geiger portatif. Une fois que le morceau de tissu du sein contenant le grain radioactif est excisé, le grain est séparé du tissu et éliminé de façon appropriée, chaque grain étant comptabilisé.

Comprenant les avantages de cette méthode, L’Hôpital d’Ottawa a commencé un programme de localisation par grain radioactif en 2015. L’un des principaux avantages est que le grain peut être mis en placeDr. Carolyn Nessim jusqu’à une semaine avant la chirurgie, ce qui rend ce jour-là plus facile pour les patientes. Une femme n’a pas à attendre son opération avec un fil qui lui sort du sein. Du point de vue logistique, il est plus facile d’organiser l’intervention des jours à l’avance et cela signifie une efficacité accrue dans la salle d’opération. La Dre Nessim a mené une étude comparative des grains aux fils métalliques, dont les résultats ont montré l’avantage des grains.

« Les résultats du programme de localisation par grain radioactif ont été uniformément excellents », déclare la Dre Erin Cordeiro, chirurgienne oncologue spécialisée dans le cancer du sein et chercheuse clinique principale à L’Hôpital d’Ottawa. « Nous avons mené une étude qui nous a permis de conclure que les grains radioactifs sont plus rentables et diminuent le temps d’attente des patientes le jour de la chirurgie comparativement aux fils métalliques. Et l’expérience des patientes a également été merveilleuse. Les patientes sont très en faveur de cette méthode. »

Rita est bien d’accord. Elle dit que la chirurgienne et la radiologue lui ont toutes deux expliqué la méthode et l’ont rassurée à son sujet.

« J’ai ressenti un petit pincement et c’est tout », a déclaré Rita immédiatement après l’insertion. « Et la radiologue avait l’écran tourné vers moi, de sorte que je pouvais voir où elle insérait l’aiguille et laissait le grain. Cela a été très facile, très rapide et sans douleur. »

Selon la Dre Cordeiro, les femmes sont souvent préoccupées par la radioactivité du grain, mais le personnel les rassure en leur disant que l’intervention est complètement sûre. La quantité de radiation qui est émise durant la semaine pendant laquelle le grain est implanté est moins importante que lorsqu’on subit deux mammographies.

Dre Erin Cordeiro« Une femme peut continuer à serrer ses enfants dans ses bras et faire tout ce qu’elle ferait normalement dans la vie, dit la Dre Cordeiro. Il n’y a aucune inquiétude à ce sujet. C’est une intervention extrêmement sûre. La grande majorité des femmes n’ont aucune inquiétude. »

Au cours de la dernière année, 355 interventions avec grain radioactif ont été effectuées à L’Hôpital d’Ottawa. Seules deux patientes ont refusé les grains et opté pour le fil métallique traditionnel à la place.

En raison de l’élément radioactif du programme, des lignes directrices strictes ont accompagné la mise en place de ce programme. La participation d’une équipe multidisciplinaire composée d’experts en médecine nucléaire et en radioprotection, de radiologues, de pathologistes, de chirurgiens, de techniciens et d’infirmières a été requise. Les membres clés de l’équipe dirigée par la Dre Nessim sont allés à la clinique Mayo à Rochester, dans l’État de New York, afin d’apprendre comment mettre en œuvre le programme. Ils ont ensuite tenu 15 séances de formation pour le personnel à L’Hôpital d’Ottawa. Le programme de localisation par grain radioactif fonctionne maintenant comme « un mécanisme bien huilé » affirme la Dre Nessim.

L’Hôpital d’Ottawa a été le troisième centre au Canada à avoir un programme de localisation par grain radioactif, et est un chef de file dans ce domaine. D’autres centres de santé dans le pays adoptent maintenant un tel programme et se tournent vers L’Hôpital d’Ottawa pour obtenir des conseils afin de le mettre en œuvre avec succès.

FAIRE UN DON