Résultats surprenants des antidépresseurs et de l’exercice dans le rétablissement des victimes d’AVC

Drs. Paul Albert and Faranak Vahid-Ansari

L’exercice et les inhibiteurs spécifiques du recaptage de la sérotonine (ISRS), des antidépresseurs fréquemment prescrits, sont efficaces pour traiter certains types de dépression. Par contre, il y a eu peu de recherches concernant leurs effets combinés sur la dépression consécutive à un accident vasculaire cérébral (AVC), qui touche de 20 à 80 % des survivants d’AVC. Les Drs Paul Albert et Faranak Vahid-Ansari ont étudié la question à l’aide d’un nouveau modèle murin.

Étonnement, ils ont trouvé que l’exercice n’avait aucun effet sur la dépression. Toutefois, les ISRS avaient une incidence bien plus grande qu’ils ne le prévoyaient. Les antidépresseurs ont non seulement réussi à faire disparaître la dépression et l’anxiété, ils ont aussi permis un retour complet de l’apprentissage et de la mémoire. Des études approfondies ont révélé que l’AVC entraînait un déséquilibre de l’activité cérébrale dans ce modèle et que les ISRS permettaient de rétablir cet équilibre, mais pas l’exercice.

Ces travaux de recherche suscitent un nouvel enthousiasme quant à l’utilisation potentielle des antidépresseurs pour améliorer la mémoire après un AVC. Ils permettent également de mieux comprendre quelles sont les régions du cerveau pouvant bénéficier d’une stimulation cérébrale après un AVC. Le Dr Albert et son équipe souhaitent mettre cela à l’essai bientôt.