Sœurs solidaires investit dans la technologie de pointe du cancer du sein

Rebecca Hollingsworth et Mary Ellen Hughson

Les sœurs Rebecca Hollingsworth et Mary Ellen Hughson ont reçu le même diagnostic de cancer du sein dans la même semaine.

Rebecca pensait qu’il y avait quelque chose d’anormal lors d’un auto-examen des seins en novembre 2016. D’ailleurs, quelques jours plus tard, une échographie subie au Centre de santé du sein de L’Hôpital d’Ottawa a permis de confirmer qu’elle avait un cancer du sein.

Après avoir encaissé le choc du diagnostic, Rebecca a convaincu sa sœur Mary Ellen de consulter immédiatement un médecin à propos d’une petite bosse qui la dérangeait. Mary Ellen l’a fait, et sa mammographie était négative. Toutefois, comme elle avait un tissu mammaire dense, elle a passé une échographie de suivi qui a révélé que, à l’instar de sa sœur, elle avait un cancer du sein canalaire de type basal. Les tests ADN ont déterminé que leur cancer du sein n’était pas génétique, mais qu’il s’agissait d’une rare coïncidence.

Dans les semaines précédant l’opération et le traitement, Rebecca et Mary Ellen ont recherché le meilleur centre de santé afin d’avoir un traitement rapide et optimal.

« Nous avons appris que L’Hôpital d’Ottawa était l’un des meilleurs hôpitaux pour recevoir d’excellents soins médicaux contre notre cancer, dit Rebecca. En fait, nous nous sommes rendu compte que nous étions déjà au meilleur endroit. »

La technologie IRM leur tient à cœur. Comme elles ont toutes deux des tissus mammaires denses, la mammographie ne permettait pas de voir avec précision les tumeurs cancéreuses dans leurs seins. Avant l’opération, Rebecca a subi une IRM du sein, ce qui a permis de détecter cinq tumeurs qui étaient invisibles lors de la mammographie et de l’échographie.

« Si je n’avais pas passé d’IRM, nous n’aurions peut-être pas détecté les cinq autres tumeurs. Je suis très chanceuse que mes médecins et la technologie les aient repérées », dit-elle.

Âgées respectivement de 44 et de 40 ans, Rebecca et Mary Ellen sont des femmes actives et occupées, mères de jeunes enfants âgés de 8 à 13 ans. Rebecca en a trois, et Mary Ellen, deux. Les deux sœurs sont très proches et se sont épaulées mutuellement. Elles ont perdu leurs cheveux en même temps et ont commencé la radiothérapie ensemble. Même si elles avaient des voies de traitement différentes, elles avaient toutes deux le Dr Mark Clemons comme oncologue.

« Nous étions tellement inspirées par les soins reçus que nous avons confectionné des tuques et les avons vendues sur Facebook, raconte Mary Ellen. Nous avons versé le produit des ventes [6000 $] à la campagne de financement Danse avec les stars de la médecine 2017 de Mark Clemons pour le Centre de santé du sein. »

L’attitude positive des deux sœurs et leur approche pour affronter leur diagnostic ont inspiré des amis à recueillir des fonds pour le 3 IRM Tesla. Ceux-ci ont lancé leur campagne en plantant « l’arbre de l’espoir de Rebecca et de Mary Ellen » à l’extérieur du Centre de santé du sein au Campus Général. L’IRM Tesla est le test le plus sensible qui soit pour la détection du cancer du sein. Il peut détecter le cancer à un stade beaucoup plus précoce, ce qui peut faire la différence entre la vie ou la mort.

FAIRE UN DON« L’arrivée de l’IRM Tesla nous donne de l’espoir, celui que le cancer de nombreuses femmes d’Ottawa soit détecté le plus tôt possible et que celles-ci aient les meilleures chances possible », dit Rebecca.

« Il est impératif que les patientes atteintes d’un cancer du sein dans notre collectivité bénéficient de la plus récente technologie. Nous voulons assurer aux patientes l’accès à des outils tels que l’appareil d’imagerie par résonance magnétique (IRM) 3 teslas et la technologie la plus avancée en matière d’ultrasons. Nous souhaitons que notre équipe dévouée ait des outils à la fine pointe pour soutenir au mieux chaque patiente qui a besoin de soins liés au cancer du sein. » Dre Jean Seely, chef de l’imagerie du sein à L’Hôpital d’Ottawa.

L’Hôpital d’Ottawa sera le seul centre de santé du sein au Canada à avoir cette technologie ultramoderne d’imagerie mammaire qui permettra d’aider « d’autres sœurs par l’esprit » comme Rebecca et Mary Ellen.