Fonds de recherche sur le placenta de la Dre Gruslin

Toutes les huit minutes, quelque part dans le monde, une femme enceinte meurt en raison d’un prééclamspie.

Cette maladie du placenta cause la constriction des vaisseaux sanguins. Pendant la grossesse, le placenta fournit tous les nutriments et l’oxygène au bébé. La prééclamspie se traduit par une hypertension artérielle et un débit sanguin réduit qui peuvent nuire au fonctionnement des organes de la mère, notamment le foie, les reins et le cerveau. Elle peut même entraîner la mort.

La Dre Andrée Gruslin était spécialiste en médecine materno-fœtale et a consacré sa carrière à étudier les maladies liées au placenta. Elle était passionnée par la santé du placenta et convaincue de son importance durant la grossesse.

« Le placenta est un organe très fascinant qui est essentiel au déroulement d’une grossesse normale, ainsi qu’à la santé du fœtus et de la mère, expliquait la Dre Gruslin. Un placenta malade entraîne deux des états les plus graves : la prééclampsie et le retard de la croissance du fœtus. Ces deux états sont associés au taux de mortalité le plus élevé chez la mère et le bébé. Il est donc indispensable d’avoir un placenta normal qui fonctionne bien. »

Pendant 15 ans, la Dre Gruslin a dirigé un laboratoire voué à la recherche sur le placenta à L’Hôpital d’Ottawa. Son équipe, composée de six scientifiques, s’est penchée sur la manière dont le placenta croît et se développe pour mieux le comprendre, puis a tenté d’établir des indicateurs pour déterminer comment une mère peut contracter une maladie liée au placenta. Il y a quelques années, la Dre Gruslin a fondé à L’Hôpital d’Ottawa la Clinique de santé du placenta, dont elle était la directrice. Les travaux de recherche de son équipe visaient à prévenir ces maladies et à soigner les patientes concernées.

« C’est une excellente façon d’appliquer les résultats de nos recherches aux soins des patients », disait la Dre Gruslin à propos de la clinique.

Un autre important sujet d’étude à la clinique est le retard de la croissance du fœtus, car il s’agit d’une complication placentaire qui empêche le fœtus de se développer. Le retard de croissance est associé à un taux de mortalité élevé chez le bébé lorsqu’il est dans le ventre de sa mère ou à l’unité des soins néonataux. Ces bébés souffrent de nombreuses complications après l’accouchement et sont plus susceptibles de contracter des maladies à l’âge adulte, notamment le diabète, l’obésité et les maladies du cœur. Par conséquent, un placenta malade peut avoir une incidence sur la santé à l’âge adulte.

L’équipe de la Dre Gruslin étudie généralement la population à risque élevé. La prééclampsie, plus particulièrement, est une maladie rare qui touche seulement 5 % des femmes. Cependant, les femmes prédisposées ont de 25 à 40 % de risque de contracter la maladie.

La Dre Gruslin a mené un long combat de dix ans contre le cancer du sein. Elle est demeurée directrice de la Clinique de santé du placenta, mais la maladie l’a forcée à cesser ses activités cliniques en avril. Malheureusement, la Dre Gruslin est décédée le 10 juin 2014. Sa passion pour la recherche sur la santé du placenta, qu’elle estimait très importante, ne l’a jamais quittée.

La Dre Gruslin a établi un fonds afin de s’assurer que la recherche sur la santé du placenta se poursuive bien après son départ. Elle souhaitait qu’à son décès, ses collègues contribuent au fonds en sa mémoire et appuient la recherche qui lui tenait tant à cœur.

« L’établissement de ce fonds permettra à l’équipe de recherche sur la santé du placenta de poursuivre ses travaux et de continuer à promouvoir le bien-être des mères et de leur fœtus, ainsi qu’à réduire leurs risques de décès et de maladies », a-t-elle expliqué.

Pour en savoir plus sur notre Fonds de recherche sur le placenta, veuillez communiquer avec Andrea Peponoulas, agente de développement, par téléphone au 613-798-5555, poste 14677, ou par courriel à apeponoulas@hopitalottawa.on.ca.