Élimination du cancer par immunothérapie

« Il y a un an, jamais je n’aurais cru pouvoir me promener ainsi », s’émerveille Ian McDonell en décrivant son rétablissement d’un mélanome.

The Ottawa Hospital, The Ottawa Hospital Foundation

Ian profitait d’un jour de congé lorsqu’il a vu des hommes se battre près d’un sentier de vélo. Il a immédiatement appelé la police puis a sauté sur l’un des bagarreurs afin de le maîtriser. Son intervention courageuse est d’autant plus remarquable que l’été dernier, lui-même se trouvait cloué au lit par le cancer.

En 2013, il a reçu un diagnostic de mélanome — un type agressif de cancer de la peau. Après être passé sous le bistouri pour faire retirer un grain de beauté cancéreux et des noeuds lymphatiques à l’aine et à l’aisselle gauches, le sergent-chef de 47 ans de la Police d’Ottawa a entamé une chimiothérapie ciblée durant 10 mois. En juin 2017, toutefois, des examens ont révélé des tumeurs de stade 4 dans l’abdomen et le cerveau.

The Ottawa Hospital, The Ottawa Hospital Foundation, Ian McDonell
En 2013, Ian a reçu un diagnostic de mélanome.

Le Dr Michael Ong, oncologue spécialisé en cancer cutané et urologique à L’Hôpital d’Ottawa, lui a alors suggéré une approche musclée : une immunothérapie récemment approuvée.

« L’immunothérapie ne touche pas le cancer directement. Elle dévoile plutôt le cancer au système immunitaire, explique le Dr Ong. Le système immunitaire fait le reste du boulot. »

L’immunothérapie fonctionne particulièrement bien chez les patients atteints d’un mélanome de stade avancé. Elle augmente le taux de survie après un an de 25 % à 80 %.

Ian a commencé l’immunothérapie, mais il a était si malade qu’il a dû la cesser. Pourtant, en septembre 2017, un examen d’IRM a montré que ses tumeurs avaient rétréci. Il a donc reçu un deuxième traitement
à la mi-novembre.

« Ça a fonctionné », confie Ian.

À l’examen d’IRM suivant, il n’y avait plus aucune trace de cancer. Lors du diagnostic d’Ian en 2013, les options d’immunothérapie n’existaient pas. Ce sont les quatre années de recherche et d’essais cliniques qui ont permis d’élargir les options de traitement. L’Hôpital d’Ottawa est un chef de file en recherche sur l’immunothérapie oncologique. On y conçoit de nouveaux traitements et y offre des traitements expérimentaux aux patients. À l’heure actuelle, 69 essais cliniques d’immunothérapies oncologiques sont en cours à l’Hôpital. Ce sont ces innovations en immunothérapie qui permettent à Ian de continuer de voir grandir ses trois enfants, en plus de combattre le crime dans ses temps libres!

Cliquez ici pour en savoir plus sur l’histoire de Ian.

The Ottawa Hospital, The Ottawa Hospital Foundation

Étant donné qu’il est démontré que la recherche est la meilleure façon d’améliorer les traitements et de trouver des remèdes contre le cancer et des maladies dévastatrices, L’Hôpital d’Ottawa amasse des fonds pour des essais cliniques.

D'autres histoires inspirantes

« J’ai affronté mes plus grandes peurs et je les ai surmontées. » 
Une mammographie de routine allait bouleverser le monde d’Annette Gibbons. La sous-ministre déléguée à Agriculture et Agroalimentaire Canada allait bientôt commencer son expérience du cancer du sein, mais elle a accordé toute sa confiance à son équipe médicale de L’Hôpital d’Ottawa. 
Une double vie – Vivre avec une maladie rénale
Près de 15 ans après une transplantation rénale, les reins de June Jones ont cessé de fonctionner. Elle est de nouveau sous dialyse et sur une liste d’attente pancanadienne pour un nouveau rein.
Ma raison, c’est toi
Robert Noseworthy a reçu un diagnostic de leucémie infantile à l’âge de 30 ans, ce qui est rare pour une personne de son âge, et le pronostic n’était pas encourageant. Mais 30 ans plus tard, ses enfants d’âge adulte à ses côtés, il donne en retour à la recherche sur le cancer grâce au DÉFI.
Inscrivez-vous à notre liste de distribution et recevez de nouvelles histoires dans votre boîte de reception chaque mois
  • Nom * Obligatoire