La génétique influence les résultats d’un essai clinique

Lorsque les résultats d’imagerie par résonance magnétique (IRM) de Sandy Patenaude ont montré que son  cancer colorectal  s’était propagé à son foie et à ses poumons, on lui a demandé de participer à un essai clinique  sur un médicament inhibiteur de cellules souches cancéreuses. Dans le cas de Sandy, le médicament a permis de prévenir la progression de son cancer.

The Ottawa Hospital, The Ottawa Hospital Foundation

 

Il y a trois ans, Sandy Patenaude a reçu un diagnostic de cancer colorectal de stade 4 inopérable. Elle a accepté de participer à l’essai clinique d’un nouveau médicament inhibiteur de cellules souches cancéreuses.

Le Dr Derek Jonker, oncologue médical, a dirigé l’essai mené auprès de 562 patients dans 40 emplacements de par le monde. L’essai portait sur un médicament expérimental qui cible les cellules souches cancéreuses. Il s’agit de cellules immatures dans les tumeurs qui sont bien souvent chimiorésistantes. Même si le médicament n’a pas fonctionné pour la majorité des patients, 22 % d’entre eux en ont retiré des bienfaits, notamment Sandy, dont la tumeur a rétréci.

Un nouvel essai est désormais en cours auprès de patients ayant des prédispositions génétiques similaires à Sandy, qui seraient les plus susceptibles de bénéficier du médicament. Grâce au soutien de donateurs, il sera possible de séquencer leur ADN en utilisant la prochaine génération de technologie de séquençage.

Vous pouvez en apprendre plus sur le voyage de Sandy ici.

Sandy Patenaude outdoors
Sandy Patenaude en extérieur

 

The Ottawa Hospital, The Ottawa Hospital Foundation

L’Hôpital d’Ottawa recueille des fonds pour les essais cliniques, puisque la recherche s’est révélée la meilleure façon d’améliorer les traitements et même de trouver des remèdes contre le cancer et d’autres maladies dévastatrices.

D'autres histoires inspirantes

« J’ai affronté mes plus grandes peurs et je les ai surmontées. » 
Une mammographie de routine allait bouleverser le monde d’Annette Gibbons. La sous-ministre déléguée à Agriculture et Agroalimentaire Canada allait bientôt commencer son expérience du cancer du sein, mais elle a accordé toute sa confiance à son équipe médicale de L’Hôpital d’Ottawa. 
Ma raison, c’est toi
Robert Noseworthy a reçu un diagnostic de leucémie infantile à l’âge de 30 ans, ce qui est rare pour une personne de son âge, et le pronostic n’était pas encourageant. Mais 30 ans plus tard, ses enfants d’âge adulte à ses côtés, il donne en retour à la recherche sur le cancer grâce au DÉFI.
Gagner du temps : Sept heures, 52 points de suture
Leata Qaunaq savait que quelque chose n’allait pas lorsque son mari Joellie est arrivé à l’aéroport près de la baie de l’Arctique, au Nunavut, pour la rencontrer, elle et leur fille. Il parlait, mais ses propos étaient incohérents.
Inscrivez-vous à notre liste de distribution et recevez de nouvelles histoires dans votre boîte de reception chaque mois
  • Nom * Obligatoire