L’histoire de Kathleen

Kathleen a consacré sa vie à améliorer le sort des enfants. Son héritage perdure avec un legs testamentaire qui finance la formation des infirmières en néonatalogie.

Kathleen est née à Kemptville, en Ontario, en 1906. Ses affinités pour les enfants, évidentes dès son plus jeune âge, l’ont poussée à obtenir son certificat d’enseignement en 1925.

Diplôme en main, Kathleen est devenue institutrice dans une petite école d’une seule classe, remplie d’élèves de la 1re à la 8e année. Pendant deux ans, elle s’est consacrée à former ces jeunes esprits et à leur transmettre des valeurs telles que la compassion, le sens du devoir et l’entraide.

Comme son vif intérêt pour l’enfance n’a fait que grandir durant ces années, Kathleen a décidé de le pousser un peu plus loin. Elle a déménagé à Guelph, où elle a décroché un diplôme en économie domestique en 1929 qui lui a permis de travailler comme diététicienne à l’Hôpital pour enfants malades de Toronto.

Kathleen trouvait son travail exigeant, mais aussi profondément gratifiant. Voir des bambins malades souffrir lui brisait le cœur, mais c’est aussi ce qui la motivait à faire de son mieux pour les réconforter autant que possible.

Elle n’a jamais oublié le sentiment d’injustice qu’elle ressentait devant ces enfants qui faisaient face à un tel désavantage, ces jeunes vies pleines de promesses ravagées par la maladie. C’est ce qui l’a inspirée à faire un don par testament pour financer la formation des infirmières qui souhaitent se spécialiser en soins néonataux.

Kathleen a consacré sa vie à aider les générations futures à s’épanouir. Son legs durera pendant des décennies grâce à son don par testament à L’Hôpital d’Ottawa.


Histoires de donateurs compatissants

L’histoire d’Annie
Le mari adoré d’Annie, Hernan, a perdu son combat contre le cancer. Elle espère cependant que, grâce à son legs testamentaire, les Canadiens de demain vaincront cette maladie.
L’histoire de Kathleen
Kathleen a consacré sa vie à améliorer le sort des enfants. Son héritage perdure avec un legs testamentaire qui finance la formation des infirmières en néonatalogie.
L’histoire de la famille Tod
Au fil des ans, L’Hôpital d’Ottawa a toujours été là quand les Tod en ont eu besoin. Aujourd’hui, la famille donne au suivant.