Les trois étoiles du commentateur sportif A.J. Jakubec après 66 jours d’hospitalisation

Après avoir passé 66 jours à L’Hôpital d’Ottawa pour combattre une pancréatite aiguë, le commentateur sportif A.J. Jakubec, de la chaîne TSN 1200, est éternellement reconnaissant d’y avoir reçu des soins vitaux et empreints de compassion.

Le commentateur sportif de TSN 1200 A.J. Jakubec n’avait jamais entendu parler de la pancréatite aiguë avant décembre 2019. Aujourd’hui, il ne connaît que trop bien cette maladie qui peut entraîner des complications fatales. C’est pourquoi il est déterminé à témoigner sa reconnaissance aux héros de l’Hôpital qui ont contribué à lui sauver la vie.

Le matin du 2 décembre 2019, A.J. s’est réveillé avec la pire douleur qu’il avait jamais ressentie. Une douleur si intense qu’il en vomissait. Effrayé et ayant désespérément besoin d’aide, il a signalé le 911 et on l’a transporté à toute vitesse à l’Urgence de L’Hôpital d’Ottawa. « J’ai été hospitalisé et je savais que mon état était grave, mais je ne me doutais pas de la tournure que prendrait la situation », raconte A.J.

En effet, la situation était critique. A.J. a dû être intubé et passer huit jours à l’Unité de soins intensifs. Sa famille, à Edmonton, s’est précipitée à son chevet. Pour lui, ces premiers jours sont flous, mais ses parents et sa sœur ont vécu des moments terribles.

A.J. broadcasting at the 2016 Grey Cup
A.J., qui couvrait la Coupe Grey en 2016.

 

Le début d’un long parcours

Un examen d’IRM a révélé une pancréatite aiguë – un diagnostic très inquiétant. La pancréatite aiguë est une inflammation soudaine du pancréas qui peut parfois causer une douleur légère, ou aller jusqu’à menacer la vie. « Ma pancréatite aiguë a été provoquée par des calculs biliaires. On a retiré les calculs, mais ils bloquaient mon canal biliaire dans la région du pancréas, et celui-ci a été assez sérieusement endommagé. »

Lynne, with A.J. in ICU at the General Campus
A.J. aux Soins intensifs du Campus Général avec sa mère, Lynne, à ses côtés.

Même si l’état d’A.J. était alarmant, les médecins de L’Hôpital d’Ottawa avaient un plan pour l’aider et lui permettre de retrouver ce qu’il aime le plus – son métier de journaliste sportif.

« Je suis ému quand je pense au soutien que j’ai reçu de tant de gens qui travaillent à l’Hôpital. Même une note de 10 sur 10 ne rendrait pas justice à tout ce que l’équipe de professionnels a fait pour moi, au-delà des soins médicaux. »
– A.J. Jakubec

Le 9 décembre, A.J. se portait mieux et a pu quitter les Soins intensifs, mais son parcours était très loin d’être terminé. Il a finalement été hospitalisé pendant 66 jours en tout : 37 jours une première fois, puis 29 jours après avoir été admis une seconde fois à cause d’une infection.

La gravité de sa pancréatite aiguë a laissé A.J. très affaibli. Il a même dû utiliser une marchette pendant un certain temps, pour rebâtir ses forces. Mais malgré la complexité de son cas et la quantité de soins dont A.J. a eu besoin, au bout du compte, il attribue son rétablissement aux soins excellents et empreints de compassion qu’il a reçus.

« J’ai connu des creux de vague à différents moments, en raison de la déstabilisation de mes reins. On m’a fait cinq examens d’endoscopie. J’ai énormément souffert, mais après des mois à recevoir des soins extraordinaires, j’ai finalement eu mon congé le 27 février 2020. »

Super A.J. est né

« Je suis ému quand je pense au soutien que j’ai reçu de tant de gens qui travaillent à l’Hôpital. Même une note de 10 sur 10 ne rendrait pas justice à tout ce que l’équipe de professionnels a fait pour moi, au-delà des soins médicaux, » affirme A.J.

Nickname Super AJ, written on message board for AJ
Quand A.J. a commencé à reprendre des forces, le personnel l’a surnommé « Super A.J. ».

Il ajoute que les soins attentionnés et remplis de compassion d’une foule de personnes ont joué un rôle déterminant dans son rétablissement. C’est cette équipe de supporteurs qui lui a valu le surnom de « Super A.J. ». Tout a commencé en janvier 2020, lorsqu’il a commencé à se sentir plus confiant et plus fort. « Je commençais à aller mieux et Kenzie, une infirmière qui prenait soin de moi, voyait les progrès que je faisais. Elle m’encourageait beaucoup et m’a surnommé “Super A.J.”. Elle l’a même inscrit sur mon tableau blanc. À partir de là, tout le monde m’appelait “Super A.J.”. »

Le surnom rappelle à A.J. tout ce qu’il a surmonté. « Mon pseudonyme Twitter est devenu “Super A.J.” et je crois que je le garderai toujours, simplement parce que cela me motive en me rappelant que si j’ai réussi à traverser cette épreuve, je peux traverser n’importe quoi. »

Redonner à ses héros de l’Hôpital

Les parents d’A.J., Zane et Lynne Jakubec, étaient remplis de gratitude après avoir été témoins des soins incroyables et de la compassion que leur fils a reçus pendant son hospitalisation. Ils tenaient à poser un geste en retour afin de rendre hommage à ceux qui ont aidé A.J. à se remettre sur pied.

« Ils m’ont demandé à qui je voulais rendre hommage et immédiatement, de huit à dix personnes me sont venues en tête. Ce fut très difficile, mais j’ai fini par conserver trois noms : Angela Richardson, Nicole Dannel et Alex Rowe. » Pour utiliser une analogie sportive, disons que ce sont ses trois étoiles à lui.

« Nous ne pouvions pas nous permettre de donner une grosse somme, mais nous tenions à souligner l’excellence, la compassion et la bienveillance dont les médecins, les infirmières et le reste du personnel ont fait preuve. » – Zane et Lynne Jakubec

A.J. leaving The Ottawa Hospital
A.J. a quitté l’Hôpital après 66 jours d’hospitalisation.

Le couple a donc fait un don en l’honneur de ces trois héros de l’Hôpital dans le cadre d’un programme conçu pour remercier des membres du personnel qui sont allés au-delà de l’ordinaire en soulignant leur travail. Pour A.J. et ses parents, c’était une manière de dire merci à chacune de ces personnes pour les soins, les visites impromptues et le soutien moral qui l’ont aidé à guérir. « Nous ne pouvions pas nous permettre de donner une grosse somme, mais nous tenions à souligner l’excellence, la compassion et la bienveillance dont les médecins, les infirmières et le reste du personnel ont fait preuve », confie Zayne.

Ils seront toujours reconnaissants envers l’ensemble du personnel, qu’ils décrivent comme dévoué et travaillant, et au temps que chacun a pris pour bien s’occuper d’A.J. « Ce sont de petits gestes qui s’additionnent, comme apporter une couverture chaude, essayer de trouver quelque chose de spécial dans le réfrigérateur de l’unité ou discuter de sports quelques minutes », souligne Lynne.

« C’est une chose dont je me souviendrai toujours : ces gens se souciaient vraiment de moi. Pour tout ce soutien physique, émotionnel et mental, un “merci” ne suffit certainement pas, mais je suis rempli de gratitude pour les soins que j’ai reçus. »
– A.J. Jakubec

Il est difficile pour A.J. de traduire en mots la reconnaissance qu’il ressent, maintenant qu’il est de retour dans la zone des médias. Il repense au jour où il a quitté l’Hôpital pour la deuxième et dernière fois. « Des membres du personnel se tenaient en rang, à m’applaudir. C’était vraiment émouvant. Voilà pourquoi c’est une chose dont je me souviendrai toujours : ces gens se souciaient vraiment de moi. Pour tout ce soutien physique, émotionnel et mental, un “merci” ne suffit certainement pas, mais je suis rempli de gratitude pour les soins que j’ai reçus. »

Vous pouvez rendre hommage à votre héros de l’Hôpital en faisant un don qui souligne le travail de quelqu’un qui en a fait un peu plus pour vous ou un de vos proches dans un moment difficile.

D'autres histoires inspirant

De la leucémie aux marathons – avec sa marchette
Leukemia patient, Bob Hardy, had a 40% chance of survival. But hope was restored after treatment at The Ottawa Hospital.
Un bénévole d’expérience joue un nouveau rôle pendant la pandémie mondiale
Mike Soloski est l’un des premiers visages masqués que les gens voient à l’entrée de L’Hôpital d’Ottawa depuis le début de la pandémie. Son cheminement de bénévole à vérificateur des symptômes de la COVID19 témoigne de sa volonté d’aider les autres.
Un patient inspiré à donner par les soins qui ont changé sa vie
Après avoir fait confiance à L’Hôpital d’Ottawa pour rétablir sa santé, George Knight lui fait maintenant confiance pour gérer ses dons.