Recherche en immunothérapie

Certaines molecules présentes sur les cellules cancéreuses suppriment les cellules immunitaires T et les empêchent d’attaquer les cellules cancéreuses. C’est un fait scientifique. Le Dr Ardolino a toutefois découvert d’autres cellules immunitaires–les cellules tueuses–qui pourraient offrir plus d’options en immunothérapie.

Le lien entre le système immunitaire et le cancer est reconnu depuis plus d’un siècle. Cependant, comprendre la façon dont le système immunitaire lutte contre le cancer a été le principal défi des scientifiques comme le Dr Michele Ardolino.

Dans un premier temps, on a tenté de stimuler le système immunitaire afin qu’il attaque le cancer. Ce qui a change la donne a été la découverte de molecules clés, appelées points de contrôle du système immunitaire, des cellules cancéreuses qui suppriment les cellules immunitaires et les empêchent de s’attaquer au cancer. Il existe de nombreux types de cellules immunitaires. On a constaté que les cellules  T sont des cellules immunitaires clés; ce sont ells que visent les medicaments immunothérapeutiques.

Le Dr Michele Ardolino pose dans son laboratoire.
La découverte du Michele Ardolino, Ph. D. met l’accent sur des cellules immunitaires tueuses naturelles.

« Nous ignorions auparavant que certains de ces récepteurs sont presents dans d’autres cellules immunitaires », explique le Dr Michele  Ardolino, scientifique de L’Hôpital d’Ottawa et professeur adjoint à l’Université d’Ottawa. « Nous avons constaté que ces récepteurs sont presents dans un autre type de cellules immunitaires, soit les cellules tueuses naturelles. »

Il affirme que, même si la plupart des medicaments immunothérapeutiques ciblent les cellules T afin d’en accroître l’efficacité, certaines tumeurs cancéreuses ne réagissent pas aux cellules  T.

« Cependant, ces tumeurs pourraient être éliminées très efficacement par les cellules tueuses naturelles », ajoute le Dr Ardolino. « Ainsi, si nous connaissons le type de tumeur du patient, nous pouvons concevoir des thérapies suscitant la réponse immunitaire la plus efficace. Dans certains cas, il s’agirait d’une réponse des cellules  T, dans d’autres, d’une réponse des cellules tueuses naturelles. »

« Nous comprenons maintenant mieux comment le système immunitaire élimine le cancer. Nous pouvons donc cibler plus précisément le mécanisme qui supprime le système immunitaire. »

« C’est super pour plusieurs raisons », soutient le Dr  Ardolino. « Nous comprenons maintenant mieux comment le système immunitaire élimine le cancer. Nous pouvons donc cibler plus précisément le mécanisme qui supprime le système immunitaire. Et nous pouvons susciter une plus forte réponse des cellules tueuses naturelles contre le cancer. »

Il est désormais généralement reconnu que le cancer et le système immunitaire sont tous deux uniques à chaque patient. Les chercheurs et les cliniciens se rendent maintenant compte de l’importance d’adapter l’immunothérapie selon le cancer et le système immunitaire propres à chacun. Le problème est complexe : il faut donner un medicament ayant un effet thérapeutique maximal avec le moins d’effets secondaires, de la façon la plus ciblée possible.

Le D Ardolino a récemment publié une découverte majeure qui pourrait faire en sorte que les traitements immunothérapeutiques fonctionnent chez advantage de personnes et contre un plus grand nombre de types de cancers.

En octobre, les immunologists James  Allison et Tasuku  Honjo ont reçu le prix Nobel de médecine pour leur découverte des anticorps inhibiteurs de points de contrôle du système, qui est considérée comme un événement important dans la lutte contre le cancer


L’Hôpital d’Ottawa recueille des fonds pour les essais cliniques, puisque la recherche s’est révélée la meilleure façon d’améliorer les traitements et même de trouver des remèdes contre le cancer et d’autres maladies dévastatrices.

D'autres histoires inspirantes

Ma raison, c’est toi
Robert Noseworthy a reçu un diagnostic de leucémie infantile à l’âge de 30 ans, ce qui est rare pour une personne de son âge, et le pronostic n’était pas encourageant. Mais 30 ans plus tard, ses enfants d’âge adulte à ses côtés, il donne en retour à la recherche sur le cancer grâce au DÉFI.
Gagner du temps : Sept heures, 52 points de suture
Leata Qaunaq savait que quelque chose n’allait pas lorsque son mari Joellie est arrivé à l’aéroport près de la baie de l’Arctique, au Nunavut, pour la rencontrer, elle et leur fille. Il parlait, mais ses propos étaient incohérents.
Le don du temps
En 2012, Vesna a reçu un diagnostic de cancer du sein à un stade précoce. Malgré le traitement chirurgical standard, la chimiothérapie, la radiothérapie et le traitement hormonal, le cancer est réapparu quatre ans plus tard. Elle vit maintenant avec un cancer du sein métastatique de stade 4 incurable.