Un bénévole d’expérience joue un nouveau rôle pendant la pandémie mondiale

Lorsque la COVID-19 a frappé Ottawa, Mike Soloski alors à la retraite, savait qu’il devait agir. Après avoir fait du bénévolat au Centre de cancérologie, il a décidé de relever de nouveaux défis en première ligne à titre de vérificateur des symptômes de la COVID19.

La retraite est une étape marquante pour bien des gens : ils ont enfin du temps pour se détendre et peuvent oublier le stress du travail. Toutefois, c’est tout le contraire pour Mike Soloski. Cet homme d’action altruiste maintenant âgé de 61 ans était bénévole à L’Hôpital d’Ottawa lorsque la pandémie de COVID19 a débuté – et que bien des bénévoles ont été appelés à rester chez eux par mesure de précaution pour limiter l’exposition à cette maladie infectieuse. Mike savait toutefois qu’il devait agir concrètement. Il a donc décidé de mettre sa retraite et son bénévolat sur pause pour devenir vérificateur des symptômes de la COVID19 en première ligne.

Interrompre la retraite pour prêter main-forte en première ligne

Mike Soloski with his grandchild
Mike Soloski avec son petit-fils.

Après avoir pris sa retraite en tant que directeur de banque, ce père de famille et grandpère a décidé de faire du bénévolat en excluant toutefois les secteurs des finances et de la collecte de fonds. Il a décidé de devenir bénévole au Centre de cancérologie de L’Hôpital d’Ottawa parce que sa femme y a reçu des soins véritablement empreints de compassion avant de perdre son combat contre le cancer en 2014. Le bénévolat a donné à Mike le sentiment d’avoir un but et il aimait redonner à la collectivité d’une nouvelle façon. En 2019, il a amorcé un nouveau chapitre dans sa vie en se remariant. Mike et sa nouvelle épouse, Leona, ont ainsi formé une famille recomposée avec leur famille respective, qui comprend leurs filles et leurs petits-enfants.

« Je savais que j’étais prêt pour un défi stimulant en dehors de ma zone de confort. Je ne me voyais pas rester chez moi sans rien faire. » – Mike Soloski

Puis, au début de 2020, la COVID‑19 a frappé Ottawa. Les bénévoles de l’Hôpital ont été incités à rester chez eux, mais Mike s’est dit qu’il devait trouver une façon d’aider « Je savais que j’étais prêt pour un défi stimulant en dehors de ma zone de confort. Je ne me voyais pas rester chez moi sans rien faire », explique Mike. Son excellent travail et son dévouement à titre de bénévole n’étaient pas passés inaperçus et il a été embauché en tant que vérificateur des symptômes de la COVID19. Être soudainement propulsé en première ligne d’une pandémie mondiale est assurément une excellente façon de sortir de sa zone de confort.

Son rôle le plus important

Concrètement, les responsabilités quotidiennes de Mike sont de s’assurer que les vérificateurs décèlent correctement la présence de symptômes chez les patients, les visiteurs et les membres du personnel avant qu’ils entrent dans l’hôpital. Il a été promu superviseur et offre du soutien à l’équipe de vérificateurs. Le plus important pour lui est de créer un environnement accueillant en cette période de grand stress. Il est fier d’arborer une attitude positive lorsqu’il interagit avec des patients, des visiteurs et des membres du personnel.

Mike Soloski,screener at The Ottawa Hospital
Mike Soloski, examinateur COVID-19.

« Je trouve qu’il est vraiment gratifiant d’aider à mettre les gens plus à l’aise, surtout s’il s’agit de diminuer leur nervosité, leur tension et leurs appréhensions. » – Mike Soloski.

Comme il est l’un des premiers visages masqués qu’ils voient à leur entrée, Mike s’efforce de créer cet environnement et de rassurer les gens qui se présentent à sa table. « Je trouve qu’il est vraiment gratifiant d’aider à mettre les gens plus à l’aise, surtout s’il s’agit de diminuer leur nervosité, leur tension et leurs appréhensions. »

Sage conseil

Son nouveau rôle représente un défi inattendu pour lui, mais Mike sait qu’il est à sa place. « On a parfois une impression bizarre de ce que la retraite est censée être – pour moi, c’est juste un autre type d’occupation. Ce travail est très gratifiant », ajoute-t-il. Même s’il n’aurait jamais pensé réintégrer le marché du travail ainsi après sa retraite, il est reconnaissant d’avoir pu atteindre l’objectif qu’il s’était fixé en 2016 : aider de toutes les façons possibles. Un sage conseil qu’il donne à quiconque envisage de faire du bénévolat à L’Hôpital d’Ottawa : « Sautez à pieds joints sur l’occasion sans vous poser de question. »

Faites comme Mike : redonnez à L’Hôpital d’Ottawa en faisant un don maintenant!

D'autres histoires inspirant

Un patient rétabli de la COVID-19 éternellement reconnaissant d’avoir reçu des soins extraordinaires
Atteint de la COVID-19, et craintif, le Père Alex Michalopulos sera éternellement reconnaissant.
L’Hôpital d’Ottawa se démarque grâce à la technologie novatrice d’impression 3D
Le laboratoire d’impression 3D de L’Hôpital d’Ottawa adopte une approche novatrice et conçoit de l’équipement de protection individuelle pour aider à protéger les collègues qui s’occupent des patients éprouvant de graves symptômes de la COVID19.