« Comme nous sommes le seul centre de traumatologie de niveau 1 de l’Est de l’Ontario, nous recevons les patients les plus gravement blessés de toute la région, et même parfois du Québec. Notre équipe est en mesure de soigner presque toutes les blessures. »
– Dr Maher Matar

Dr. Matar, trauma surgeon
Dr Maher Matar.

La nuit tombée, lorsque la plupart des gens sont endormis : c’est à ce moment que beaucoup de nos patients arrivent au centre de traumatologie. Je m’appelle Maher Matar, et je suis un chirurgien en traumatologie à L’Hôpital d’Ottawa; il n’est pas rare que je sois tiré du sommeil en plein milieu de la nuit par un code 1. Je n’ai alors que très peu de temps, 20 minutes pour être exact, pour me préparer, me rendre aux services d’urgence du Campus Civic et me joindre au reste de l’équipe de traumatologie. Nous sommes tous prêts et à 110 % de nos capacités. Des vies en dépendent.

L’unique équipe de traumatologie de niveau 1 de la région

Comme nous sommes le seul centre de traumatologie de niveau 1 de l’Est de l’Ontario, nous recevons les patients les plus gravement blessés de toute la région, et même parfois du Québec. Notre équipe est en mesure de soigner presque toutes les blessures.

Dans notre équipe, nous avons un chef (c’est moi!), un anesthésiste, une équipe d’infirmières des services d’urgence, un groupe de médecins résidents et des techniciens en inhalothérapie : ainsi, nous sommes parés à un vaste éventail de cas complexes et aux codes 1.

Un code 1 signifie qu’un patient ayant des blessures graves arrive à l’Hôpital et que nous avons besoin de toutes les ressources des services d’urgence. Il pourrait s’agir de quelques personnes impliquées dans une collision à grande vitesse de véhicules motorisés, ou de quelqu’un qui est tombé dans les escaliers. On parle de code orange lors d’incidents à grande échelle, comme l’accident d’autobus à la station Westboro, et de toute autre catastrophe locale.

Un accident de motoneige cause des blessures potentiellement mortelles

Le 18 janvier 2020, j’ai été arraché aux bras de Morphée quand j’ai reçu un appel en pleine nuit d’un hôpital québécois non loin de chez moi. L’un de leurs patients avait l’aorte sectionnée, c’est-à-dire que son aorte, le principal vaisseau sanguin qui part du cœur, s’était rompue ou déchirée. J’ai tout de suite su que le patient avait peu de chance de survivre à son transport jusqu’à notre hôpital.

Il s’appelait Cody Howard, était de l’Arizona, et avait eu un accident de motoneige à Ripon, au Québec, à environ 70 minutes d’Ottawa. Le fait qu’il ait tenu bon jusqu’au premier hôpital augurait bien, mais ce type de blessure est imprévisible. La vie de Cody dépendait de notre expertise.

Trauma team during a training session at The Ottawa Hospital

Déjà, au téléphone, j’ai commencé à prendre soin de Cody : j’ai expliqué à l’équipe à l’autre bout du fil quels médicaments devaient lui être administrés et de quelle manière il fallait le transférer à notre centre de traumatologie.

« Le patient était étendu et, fait incroyable, il était éveillé et alerte. Il savait qu’il se trouvait dans une situation très critique. » – Dr Maher Matar

Pendant mon trajet vers l’Hôpital, j’ai appelé Cheryl Symington, une infirmière responsable travaillant aux services d’urgence cette nuit-là. C’est une chef formidable. « C’est grave, lui ai-je dit. J’ai besoin de tout le monde. »

L’équipe de traumatologie est prête

J’ai immédiatement appelé l’équipe de chirurgie vasculaire et lui ai demandé de se tenir prête pour l’arrivée de Cody.

Il est arrivé au centre de traumatologie avec son frère plus jeune, Trevor, qui n’avait pas été impliqué dans l’accident. Cody était étendu et, fait incroyable, il était éveillé et alerte. Il savait qu’il se trouvait dans une situation très critique. En fait, le moindre mouvement aurait pu lui être fatal. Nous avons effectué l’évaluation de A à Z, comme nous le faisons toujours, en nous assurant de ne manquer aucune blessure. Pendant ce temps, j’étais au téléphone avec le Dr Prasad Jetty, un chirurgien vasculaire. Il a aussi consulté un autre chirurgien vasculaire, le Dr Fraser Rubens. Vous savez, nous sommes chanceux d’avoir de telles personnes de talent à disposition à l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa.

« Je suis infirmière aux urgences depuis plus de 30 ans, et ça a été de loin la nuit la plus difficile, mais aussi la plus gratifiante. Les docteurs Matar, Jetty et Reubens sont tous des spécialistes hautement qualifiés dans leur domaine respectif. Ensemble, ils forment une équipe sans pareille. Les astres étaient alignés, cette nuit-là. » – Cheryl Syminton

Le Dr Rubens est venu au poste de traumatologie – événement rare pour un chirurgien vasculaire : c’est un bon indice de la gravité de la blessure. À ce stade, nous discutions tous les trois du patient, et avons conclu que le risque qu’il meure sur la table d’opération était très élevé. La paralysie était aussi à envisager. Tout cela est arrivé rapidement, dans les 30 minutes suivant l’arrivée de Cody.

L’appel difficile à la famille

J’ai ensuite appelé le père du patient, en Arizona, qui était aussi médecin. J’ai dû lui annoncer la triste nouvelle, mais lui ai promis que les personnes prenant soin de son fils étaient les mieux formées de toute la région. Je lui ai dit de se concentrer sur son trajet vers Ottawa, et que nous nous occuperions du reste.

Ces appels ne sont jamais faciles. Annoncer de mauvaises nouvelles à des membres de la famille, apprendre à une personne qu’un proche est sur le point de subir une opération très délicate, ça nous pèse. Heureusement, les travailleurs sociaux de notre hôpital sont toujours là pour nous aider. Si je suis occupé à prendre soin du patient, l’un d’eux reçoit la famille et les met au courant de ce qui se passe. Ils jouent un rôle primordial dans les services d’urgence.

D’autres blessés arrivent

Tandis que nous élaborions le plan d’opération de Cody, Trevor (son frère) est venu me voir et m’a dit : « Il y a deux autres personnes. » « Pardon? » C’était toute une surprise! Il a expliqué qu’un autre de ses frères, Bret, et son beau-frère s’étaient aussi blessés lors de l’accident et se trouvaient encore dans un hôpital non loin, au Québec.

« Je lui ai promis que les personnes prenant soin de son fils étaient les mieux formées de toute la région. Je lui ai dit de se concentrer sur son trajet vers Ottawa, et que nous nous occuperions du reste. » – Dr Maher Matar

Intense training situation with the trauma team at The Ottawa Hospital

C’est dans ces moments-là que le côté humanitaire des soins vient teinter notre travail – notre travail à tous. Il était hors de question que la famille, lorsqu’elle arriverait à Ottawa, doive faire l’aller-retour entre les deux hôpitaux. Elle s’inquiétait déjà beaucoup pour ses proches, et les membres avaient besoin d’être tous ensemble.

Nous avons appelé l’autre hôpital et avons convenu que les deux autres patients seraient admis immédiatement, quelle que soit la gravité de leurs blessures. Tandis que le beau-frère ne souffrait que de blessures mineures, Bret avait subi un important traumatisme crânien et avait une blessure à l’abdomen. Je devais l’opérer pour une rupture de la vessie. L’équipe de chirurgie vasculaire et l’équipe de chirurgie cardiaque se sont chargées de l’opération de Cody à l’Institut de cardiologie pendant que je m’occupais de la chirurgie d’urgence de Bret au Campus Civic.

Des vies sauvées, une nuit réussie

Bret s’est rétabli rapidement. Après dix jours dans notre hôpital, il a pu prendre l’avion pour retourner chez lui. Ce fut moins facile pour Cody. Il a heureusement survécu à l’opération, mais il était paralysé à partir de la taille. L’ancien combattant de 37 ans des forces armées des États-Unis a été dans le coma pendant une semaine, puis est resté avec nous jusqu’à la mi-février. Il était alors dans un état assez stable pour retourner chez lui par vol médical. Son rétablissement n’a pas été de tout repos, mais il a fini par marcher de nouveau. La dernière fois que je lui ai parlé, il m’a dit qu’il faisait maintenant de la randonnée.

« Lorsqu’on entend “merci” de la part d’un patient ou d’un membre de sa famille, c’est une leçon d’humilité. Ça ne rend pas plus fier… ça enseigne l’humilité, tout simplement. »
– Dr Maher Matar

La journée a été couronnée de succès. Tout ça a commencé après minuit. Tout le monde a mis la main à la pâte, dont les talentueux docteurs Jetty et Rubens. Même si nous n’avions jamais travaillé ensemble auparavant, ils ont collaboré et sauvé la vie de notre patient. Et il ne faut pas oublier les soins d’anesthésie exceptionnels du Dr Adam Dryden; par son travail rapide et efficace, il a lui aussi contribué à garder notre patient en vie. Ce fut un travail d’équipe sur tous les plans.

Le mot « merci », une leçon d’humilité

Lorsque des personnes grièvement blessées sont tirées d’affaire, c’est merveilleux. C’est la combinaison d’une bonne formation, d’une équipe hautement qualifiée, du meilleur équipement et des meilleures installations.

Et lorsqu’on entend « merci » de la part d’un patient ou d’un membre de sa famille, c’est une leçon d’humilité. Ça ne rend pas plus fier… ça enseigne l’humilité, tout simplement. Il m’est déjà arrivé de ne pas pouvoir sauver une vie; ces cas me hanteront toujours.

À la fin de la journée, lorsque je franchis les portes de l’Hôpital, la première chose que je fais, c’est prendre une profonde respiration, car dehors, l’air est différent. Je lève les yeux, et je dis « merci » d’être en mesure de prodiguer ce genre de soins spécialisés.

La vidéo est uniquement disponible en anglais.

Bret Howard dit merci pour les soins empreints de compassion qui ont sauvé une vie

« Je ne crois réellement pas que Cody serait encore vivant aujourd’hui s’il n’avait pas été transféré à L’Hôpital d’Ottawa. Ça lui a sauvé la vie.

« Nous croyons que ça se serait moins bien terminé si nous avions été ailleurs qu’à L’Hôpital d’Ottawa. Nous serons à jamais reconnaissants. » – Bret Howard

L’équipe s’est mise de la partie pour nous rassembler dans le même établissement; c’était un acte spécial, et nous ne l’oublierons jamais (en fait, je ne crois pas que c’est courant). Je n’aurais pas pu imaginer vivre tout ça dans un autre établissement tandis que mon frère luttait pour sa vie à L’Hôpital d’Ottawa. Cela compte beaucoup pour ma famille, que nous ayons pu être tous ensemble.

Le Dr Matar a été incroyable, et pas seulement pour mon opération, mais aussi envers ma famille – ma femme et mes parents. Avec son équipe, il les a guidés, et il était toujours au courant de ce qui se passait avec moi et mon frère.

Merci aux infirmières, aux médecins, aux travailleurs sociaux. Je voyais bien qu’ils avaient la situation à cœur et souhaitaient réellement nous aider à traverser cette épreuve. Nous croyons que ça se serait moins bien terminé si nous avions été ailleurs qu’à L’Hôpital d’Ottawa. Nous serons à jamais reconnaissants. »

Bret and his brothers
Cody, Trevor, et Bret Howard.

La recherche pour l’amélioration des soins en traumatologie

La recherche à L’Hôpital d’Ottawa contribue à assurer la survie et la qualité de vie des personnes qui subissent des blessures traumatiques graves. Voici quelques projets en cours :

  • Élaboration d’un outil simple qui détecte les hémorragies graves chez les patients en traumatologie pour qu’elles soient traitées plus rapidement;
  • Mise à l’essai de nouvelles méthodes pour traiter les hémorragies et les caillots chez les personnes ayant subi un traumatisme crânien;
  • Création de nouvelles technologies et prothèses de réadaptation, dont une interface cerveau-machine qui pourrait permettre de contrôler un bras robotique par la pensée;
  • Élaboration d’un outil aidant les ambulanciers à déterminer quels patients doivent être immobilisés sur une planche dorsale et lesquels peuvent être examinés en toute sécurité sans être immobilisés.

Écoutez le balado Pulse pour entendre le Dr Maher Matar parler de son expérience à titre de chirurgien en traumatologie.


Fièrement affilié à l’Université d’Ottawa, L’Hôpital d’Ottawa est un centre de recherche et de santé universitaire de premier plan.