Les blessés de l’accident d’autobus à la station Westboro ont été soignés avec compassion

Marcie Stevens comptait parmi les 13 patients gravement blessés qui sont arrivés au centre de traumatologie de L’Hôpital d’Ottawa à la suite de l’accident d’autobus deWestboro. Un an plus tard, après avoir perdu ses deux jambes, Marcie poursuit son rétablissement au Centre de réadaptation et elle est reconnaissante des soins empreints de compassion qu’elle a reçus.

C’était une journée glaciale d’hiver, Le vendredi11 janvier 2019Marcie Stevens quittait le centre-villeafin de rentrer chez elle à Kanata pour la fin de semaine. L’employée de Sécurité publique Canada était assise au deuxième étage de l’autobus à deuxétages d’OC Transpo lorsque celui-ci a heurté un abribus à la station Westboro. Il était 15 h 50. 

À dix minutes de route de la scène de l’accident, l’équipe de traumatologie de L’Hôpital d’Ottawa a reçu l’alerte, et un code orange a été déclaré. On a commencé à faire de la place à l’Urgence et un grand nombre d’employés sont arrivés, dont des chirurgiens, des infirmières, des anesthésiologistes, des urgentologues et du personnel de soutien. Une importante équipe d’environ 150 personnes attendait de recevoir les passagers blessés. À 16 h 28, le premier patient est arrivé au Campus Civic de L’Hôpital d’Ottawa où se trouve le seul centre de traumatologie de niveau 1 de l’Est de l’Ontario. Au total, 13 patients gravement blessés ont été transportés d’urgence au centre de traumatologie –Marcie Stevens était parmi ces blessés. 

Le calme durant la tempête 

La femme mariée, mère de deux enfants, se souvient qu’elle était consciente et extrêmement calme tout au long de l’épreuve. Même si elle était coincée au niveau supérieur de l’autobus et grièvement blessée, elle a pu téléphoner à son mari, Christopher, pour lui dire qu’elle ne pouvait pas aller chercher les enfants. Elle a même pensé à téléphoner au travail pour signaler qu’elle allait être absente lundi et a été en mesure d’aider à calmer les autres blessés alors que les équipes d’urgence s’efforçaient de les extirper des débris. Confrontée à l’adversité, Marcie allait avoir besoin de cette sérénité tranquille pour affronter ce qui l’attendait. 

« Je n’aurais jamais pu me rendre aussi loin sans les gens et le soutien incroyables de L’Hôpital d’Ottawa – de l’équipe de traumatologie, du personnel des Soins intensifs et de celui du Centre de réadaptation – c’est incroyable. Le mot idéal pour les décrire, c’est la compassion ». – Marcie Stevens

L’équipe de traumatologie était prête 

Une fois arrivée à l’Urgence, Marcie se rappelle avoir perdu tant de sang que sa tension artérielle a commencé à chuter après sa tomodensitométrie, mais l’équipe de traumatologie était prête. « L’infirmière à l’Urgence avait déjà un sac de sangO négatif dans sa poche. Ils ont immédiatement commencé à pomper le sang dans mon organisme. Ma tension s’est stabilisée et j’ai ensuite été transportée à la salle d’opération. Le seul moment où j’ai perdu connaissance était lorsqu’ils m’ont mis le masque pour m’endormir. 

 

Four physicians in an emergency room at The Ottawa Hospital

(De gauche à droit) Dr Mahar Matar, Dr Peter Glen, Dr Ian Grant et Dr Jacinthe Lampron

 

Marcie s’est réveillée le dimanche matin, sonnée et enflée. C’est alors que son mari lui a dit que ses deux jambes avaient été amputées. « Avant de subir l’opération, je savais que j’avais perdu ma jambe gauche, parce qu’ils me l’ont dit. Ils allaient essayer de sauver la jambe droite, mais ils n’ont pas été capables de le faire, et ils ont dû l’amputer le samedi ». 

Alors qu’une vie complètement nouvelle l’attendait, Marcie n’a jamais perdu son attitude positive. « On s’adapte aux choses, et c’est ce que j’ai fait. C’est comme ça la vie. Je n’aurais jamais pu me rendre aussi loin sans les gens et le soutien incroyables de L’Hôpital d’Ottawa – de l’équipe de traumatologie, du personnel des Soins intensifs et de celui du Centre de réadaptation – c’est incroyable. Le mot idéal pour les décrire, c’est la compassion ».

L’aube d’une nouvelle vie 

Peu de temps après l’accident d’autobus, la Dre Nancy Dudek, directrice médicale du programme du Centre de réadaptation de L’Hôpital d’Ottawa conçu pour les amputés, a rencontré Marcie à son chevet pour la première fois. « Je rendais régulièrement visite à Marcie lorsqu’elle était à l’unité de traumatologie afin de déterminer le moment où elle serait prête du point de vue médical à être transférée au Centre de réadaptation ». Le Centre de réadaptation de L’Hôpital d’Ottawa se spécialise dans la réadaptation physique d’adultes ayant subi une maladie ou une blessure qui a diminué leur capacité fonctionnelle. Ses services sont offerts aux résidents de l’Est de l’Ontario. 

Cependant, la Dre Dudek ne manque pas de mentionner que le processus de réadaptation de Marcie a été entamé peu de temps après que cette dernière a été admise à lhôpital. « Nous avons commencé à élaborer le programme de réadaptation pendant qu’elle était encore à l’unité de traumatologie. Elle participait très activement à la réadaptation précoce ». 

Marcie a commencé son parcours vers un nouveau mode de vie pendant que son équipe multidisciplinaire l’aidait à guérir de ses blessures. Dans le cadre de ce processus, elle a appris encore une fois comment se déplacer de manière indépendante. 

À la fin du mois de février, Marcie a été transférée au Centre de réadaptation de L’Hôpital d’Ottawa. Elle raconte que les employés étaient incroyables dès le moment  elle est arrivée. « J’étais dans une chambre avec trois autres femmes. Ils ont installé les deux patientes qui s’endormaient tôt d’un côté et les oiseaux de nuit – une patiente plus âgée et moi – de l’autre côté ». 

Pendant sa réadaptation, Marcie a appris comment passer de son lit à son fauteuil roulant toute seule. Elle a appris à faire la cuisine dans une cuisine non adaptée afin de se préparer à retourner chez elle, et elle est en train d’apprendre comment conduire à l’aide de commandes à la main.

Marcie chez elle avec sa famille

Préparer le retour à la maison 

La Dre Dudek explique qu’il y a beaucoup de matière à couvrir en réadaptation. « Nous enseignons des compétences sur le plan des fauteuils roulants, y compris comment déterminer quel est le bon fauteuil roulant pour le patient. Il fallait également travailler sur le renforcement musculaire, dont les abdominaux. Ensuite, nous avons discuté de ses besoins immédiats afin de lui permettre de retourner chez elle pour vivre avec sa famille, dont ses fils âgés de cinq et de douze ans ». 

Marcie est rentrée à la maison le vendredi12 avril 2019, trois mois après son arrivée à L’Hôpital. Questionnée pour savoir ce qu’elle ressentait lorsqu’elle a quitté le Centre de réadaptation, elle prend un moment, puis elle répond : « C’était excitant. Ce n’est pas comme si je n’appréciais pas le Centre de réadaptation », précise-t-elle immédiatement en souriant à la Dre Dudek, « mais ça faisait du bien d’être de retour à la maison avec les enfants ». 

Bien sûr, le fait de rentrer à la maison ne voulait pas dire que Marcie avait terminé sa réadaptation, mais c’était un important jalon dans son rétablissement – un rétablissement qu’elle a affronté avec ténacité, sans jamais fléchir. La Dre Dudek affirme que Marcie a été une source d’inspiration au cours de la dernière année. « Elle est une personne incroyablement positive. Cela a toujours été constant. C’était là dès notre première rencontre et ça n’a jamais vraiment disparu. Elle est pleine d’énergie et les gens gravitent vers elle. Elle est très populaire ici ». 

« Le Centre de réadaptation est génial. C’est le joyau de lhôpital que tout le monde ignore. Le personnel est comme caché ici et doit gérer une si grande variété de blessures et d’états d’esprit. Ce ne sont pas tous les patients du Centre qui acceptent ce qui leur est arrivé », admet Marcie. 

Alors qu’elle raconte tout ce qu’elle a vécu durant la dernière année, Marcie continue de plaisanter et de rire. Questionnée pour savoir si elle croit que cette incroyable attitude a joué un rôle dans le rétablissement de Marcie, la Dre Dudek ne tarde pas à répondre. « Absolument. Elle a fait d’importants changements et mis en application de nouvelles choses dans sa vie. C’est très impressionnant à voir. Nous pouvons montrer aux gens comment faire, mais nous ne pouvons pas le faire pour eux ». 

Aller de l’avant 

Aujourd’hui, Marcie et sa famille vont de l’avant. Ils doivent emménager dans une nouvelle résidence qui est totalement adaptée, et Marcie dit vouloir retourner travailler un jour.  

Ses collègues lui manquent, mais elle sait que ce jour finira par arriver. « Je suis une personne très positive et j’aurai besoin d’un certain temps pour m’habituer aux changements dans ma vie, pour m’adapter au fait de ne plus avoir de jambes. C’est difficile, mais j’y arriverai ». 

Doctor doing strength training on a patient sitting on a table

Marcie avec le Dr Nancy Dudek au Centre de réadaptation

Pour le moment, Marcie poursuit ses activités de réadaptation régulières. Ultimement, il lui suffira de ne faire que des visites annuelles. D’ici là, elle passe ses semaines au centre sportif et à la piscine pour bâtir la force nécessaire afin d’affronter sa nouvelle réalité. Malgré les difficultés, elle prend les choses avec confiance, avec le sourire et, si l’on peut dire, avec un certain aplomb alors qu’elle se met en route sur son fauteuil roulant, vêtue d’un manteau de cuir noirdes lunettes de soleil sur le nez et une mèche rose dans les cheveux.

Votre soutien fournira un financement essentiel
pour améliorer les soins aux patients comme Marcie.

D'autres histoires inspirant

Prise en charge d’un nombre élevé de victimes à L’Hôpital d’Ottawa
Si une tragédie survient, le personnel de L’Hôpital d’Ottawa est formé et préparé pour intervenir.
 L’équipe du Service de traumatologie sauve un bras
Une nouvelle initiative qui donne aux ambulanciers paramédicaux un délai de 60 minutes pour arriver aux centres de traumatologie a permis de sauver le bras d’Adrian Molloy
 Ashley  Ruelland et l’« instant » qui a changé sa vie 
En mars 2015, Ashley Ruelland se rendait à un enterrement de vie de fille au mont Tremblant lorsque sa voiture a été frappée de plein fouet. Sa convalescence a duré neuf mois aux unités de soins intensifs, de traumatologie et de réadaptation et se poursuit toujours.