Les soins aux bébés prématurés ont énormément changé depuis la création du premier incubateur en 1880 ou l’ouverture de la première unité de soins intensifs néonataux dans les années 1960. L’avenir des bébés prématurés est plus favorable que jamais auparavant. De 2004 à 2017 seulement, le taux de survie des bébés prématurés au Canada a grimpé de 25 % grâce à l’ajout et à l’amélioration de pratiques. Il existe toutefois toujours des défis et des risques lorsqu’un bébé nait avant terme.

Environ 29 000 bébés naissent prématurément au Canada chaque année.

Au Canada, 8 % des naissances sont prématurées.

L’an dernier, 5 9831 bébés sont nés à L’Hôpital d’Ottawa.

25 %

Entre 2004 et 2017, le taux de survie des bébés prématurés a augmenté de 25 %.

Quand un bébé est-il considéré comme prématuré?

Une grossesse dure habituellement 40 semaines. Tout bébé né avant la 37e semaine est considéré comme prématuré. Au Canada, environ 8 % de tous les bébés sont prématurés.

Il existe trois sous-catégories pour décrire la prématurité d’un bébé :

Les bébés nés avant la 28e semaine sont souvent appelés des « micro-prématurés » et représentent seulement 2 % de tous les bébés prématurés. Habituellement, plus un bébé nait avant terme ou plus son poids est faible, plus il risque d’avoir des problèmes de santé.

Qu’est-ce que la dysplasie broncopulmonaire (DBP)?

Un de ces problèmes de santé est la dysplasie broncopulmonaire (DBP). Il s’agit d’une maladie pulmonaire chronique qui survient le plus souvent chez le bébé prématuré ou de faible poids à la naissance qui a reçu un supplément d’oxygène ou une ventilation mécanique pendant une longue période.

La dysplasie est la croissance anormale de cellules et, dans le cas de la DBP, ces cellules sont situées dans les plus petites voies respiratoires et alvéoles des poumons (petits sacs remplis d’air situés profondément dans les poumons où l’oxygène est transmis dans le sang et le dioxyde de carbone est expulsé). Toute blessure dans ces parties de poumons immatures rend la respiration difficile et peut causer des troubles de la fonction pulmonaire.

Nous savons que cette croissance anormale de cellules est provoquée par des blessures ou des traumatismes dans les poumons et les voies respiratoires du bébé peu avant ou peu après sa naissance. Ces blessures ou traumatismes peuvent survenir lors de l’administration d’oxygène ou de la ventilation mécanique ou en raison d’une pneumonie ou d’une infection.

Décrite pour la première fois en 1967, la DBP est la complication la plus courante chez le grand prématuré et survient dans environ 35 % des cas.

Comment diagnostique-t-on la DBP?

Le diagnostic de DBP peut être posé à l’aide d’une combinaison de méthodes : identification des symptômes caractéristiques et des facteurs de risques, radiographies des poumons, analyses de sang et échocardiogrammes. Les symptômes de la DBP incluent une respiration rapide ou superficielle, un essoufflement, une toux chronique, des narines dilatées pendant la respiration, une peau bleutée en raison du manque d’oxygène ou des bruits comme un grognement ou un sifflement pendant la respiration.

Comment traite-t-on la DBP?

La majorité des cas de DBP se règlent sans traitement à mesure que le bébé grandit, mais le bébé atteint de DBP peut présenter un risque plus élevé d’avoir de l’asthme, une pneumonie virale ou des infections respiratoires pendant sa croissance. Dans de rares cas, il survient des complications graves, par exemple une pression sanguine élevée dans les poumons appelée hypertension pulmonaire.

Le principal traitement de la DBP à l’heure actuelle est axé sur la prévention, la mise au point de technologies de ventilation qui causent moins de blessures dans les poumons fragiles des bébés et la réduction au minimum de la durée de la ventilation et de l’administration d’oxygène.

Le Dr Bernard Thébaud à l’Unité de soins intensifs néonataux de L’Hôpital d’Ottawa.

Une des principales causes de la DBP est une production insuffisante de surfactant par le bébé, à savoir une substance qui réduit la pression des liquides présents dans les poumons. Le bébé peut alors recevoir un traitement par surfactant. Donner à la femme enceinte un traitement par stéroïdes avant la naissance s’est aussi révélé efficace pour aider à réduire le risque de DBP chez le bébé prématuré.

Il est également possible de donner des médicaments comme des bronchodilatateurs (pour ouvrir les voies respiratoires), des diurétiques (pour réduire la quantité d’eau dans le corps), des antibiotiques (pour contrôler les infections et une pneumonie) et des stéroïdes (de façon intermittente et pour réduire l’inflammation) aux bébés atteints de la DBP.

Quel est l’avenir du traitement de la DBP?

Il y a eu une hausse du nombre de cas de DBP au cours des dernières décennies, mais c’est probablement attribuable à l’augmentation des taux de survie des bébés prématurés en général. Heureusement, une recherche prometteuse sur la DBP est en cours à L’Hôpital d’Ottawa. Le Dr Bernard Thébaud dirige un essai clinique afin d’évaluer la faisabilité et la sécurité d’un traitement par cellules souches pour guérir les bébés prématurés atteints de la DBP et son équipe s’emploie à créer un atlas des cellules humaines pour montrer la progression des changements cellulaires pendant les dernières étapes de maturation des poumons. Ces innovations pourraient réellement améliorer le traitement des bébés atteints de la DBP à Ottawa et ailleurs dans le monde.

Nous avons admis 535 bébés à l’Unité de soins intensifs néonataux l’an dernier.

260

de ce nombre étaient prématurés.

Il y a actuellement environ 1 300 admissions de bébés prématurés par année à l’Unité de soins intensifs néonataux de 24 lits du Campus Général (grands prématurés) et à la Pouponnière de soins spéciaux de 17 lits du Campus Civic (bébés modérément prématurés). Le soutien que les membres de la collectivité apportent à l’Hôpital permet aux parents et aux bébés de recevoir les meilleurs soins qui soient et ainsi de créer des lendemains pour ces très jeunes patients.