Gagner du temps : 7 heures, 52 points de suture

Leata Qaunaq savait que quelque chose n’allait pas lorsque son mari Joellie est arrivé à l’aéroport près de la baie de l’Arctique, au Nunavut, pour la rencontrer, elle et leur fille. Il parlait, mais ses propos étaient incohérents.

The Ottawa Hospital, The Ottawa Hospital Foundation

 

Après avoir passé sept heures en salle d’opération pour se faire retirer une tumeur au cerveau, Joellie Quanaq porte 52 points de suture sur le côté gauche de la tête. Il a dû quitter sa famille, ses amis et sa communauté d’Arctic Bay, qui est située dans la partie nord de l’île de Baffin. Il l’a fait pour venir jusqu’à L’Hôpital d’Ottawa, le seul établissement qui traite des gens du Nunavut. Joellie a été guidé pendant tout le cours de son traitement contre le cancer par une infirmière pivot du Programme de cancérologie pour les Autochtones de l’Hôpital. Ce programme a pour objectif d’améliorer l’accès aux services de cancérologie d’une façon respectueuse et adaptée à sa clientèle sur le plan culturel. Après la chirurgie et la radiothérapie, Joellie a reçu des médicaments de chimiothérapie qu’il peut continuer à prendre chez lui au Nunavut, ce qui minimisera le besoin de se déplacer jusqu’à Ottawa.

Au moment de l’impression du présent rapport, nous avons appris la triste nouvelle que Joellie Quanaq est décédé au début du mois de mai 2019. Votre soutien de la recherche sur le cancer nous aide à concevoir de meilleurs traitements pour qu’un jour, les patients comme Joellie et Jillian puissent vivre pleinement leur vie.

Cliquez ici pour en savoir plus sur Joellie.

The Ottawa Hospital, The Ottawa Hospital Foundation
JoellieQaunaq, de la baie de l’Arctique.

 

The Ottawa Hospital, The Ottawa Hospital Foundation

Aidez-nous à continuer à exploiter nos progrès et à faire du cancer une chose du passé.

D'autres histoires inspirantes

« J’ai affronté mes plus grandes peurs et je les ai surmontées. » 
Une mammographie de routine allait bouleverser le monde d’Annette Gibbons. La sous-ministre déléguée à Agriculture et Agroalimentaire Canada allait bientôt commencer son expérience du cancer du sein, mais elle a accordé toute sa confiance à son équipe médicale de L’Hôpital d’Ottawa. 
Une double vie – Vivre avec une maladie rénale
Près de 15 ans après une transplantation rénale, les reins de June Jones ont cessé de fonctionner. Elle est de nouveau sous dialyse et sur une liste d’attente pancanadienne pour un nouveau rein.
Ma raison, c’est toi
Robert Noseworthy a reçu un diagnostic de leucémie infantile à l’âge de 30 ans, ce qui est rare pour une personne de son âge, et le pronostic n’était pas encourageant. Mais 30 ans plus tard, ses enfants d’âge adulte à ses côtés, il donne en retour à la recherche sur le cancer grâce au DÉFI.
Inscrivez-vous à notre liste de distribution et recevez de nouvelles histoires dans votre boîte de reception chaque mois
  • Nom * Obligatoire