Janet McKeage qui a grandi au sein d’une famille de militaires a toujours bougé. Les villes changeaient, mais pas la politique de la porte ouverte prônée par sa famille. Ses parents étaient toujours disposés à aider leurs prochains et à donner en retour. Et jusqu’à présent, Janet les remercie de lui avoir inculqué cette valeur fondamentale qu’elle et son mari transmettent aujourd’hui à leurs quatre enfants. « Mes parents n’avaient pas beaucoup d’argent, mais ils m’ont appris l’importance d’aider son prochain de son mieux. Il arrivait que de jeunes militaires qui étaient loin des leurs se retrouvent autour de notre table – nous étions souvent très nombreux à partager un repas », raconte Janet.

Janet avait à peine 20 ans lorsqu’elle a perdu son père des suites d’un cancer du pancréas. Bien qu’il soit décédé plusieurs mois après son diagnostic, Janet se souvient comme si c’était hier des soins empreints de compassion qu’il a reçus de l’équipe de spécialistes, ici, à L’Hôpital d’Ottawa. Puis, il y a une dizaine d’années, une autre nouvelle dévastatrice – la meilleure amie de Janet, Sindy, apprenait aussi qu’elle était atteinte d’un cancer du pancréas. « C’est ce qui m’a convaincue de soutenir L’Hôpital d’Ottawa. Je savais que mon père y avait été très bien soigné. Et j’avais une amie très chère qui avait maintenant besoin des mêmes excellents soins que mon père avait reçus à l’époque. Lorsque j’ai eu la chance d’en apprendre plus sur les recherches menées à L’Hôpital d’Ottawa, je suis véritablement restée bouche bée ».

« Lorsque je pense à la notion de réussite dans la vie, la santé est la chose la plus importante selon moi – disposer d’un hôpital dans notre ville où se multiplient les recherches avant-gardistes, les nouvelles découvertes et les nouveaux traitements, et qui offre les meilleurs soins possible. C’est primordial ».

– Janet McKeage

Aujourd’hui conseillère principale en investissement pour RBC PH&N Services-conseils en placements, Janet s’estime très chanceuse d’avoir une carrière de 30 ans avec la RBC. Cela cadre bien avec ses propres valeurs philanthropiques, car elle aide des familles avec leurs propres investissements en matière de santé et de patrimoine. Janet ne perd pas de temps pour établir le lien étroit entre les deux et préciser que c’est ce qui influence son propre leadership philanthropique en faveur de L’Hôpital d’Ottawa. « Lorsque je pense à la notion de réussite dans la vie, la santé est la chose la plus importante selon moi – disposer d’un hôpital dans notre ville où se multiplient les recherches avant-gardistes, les nouvelles découvertes et les nouveaux traitements, et qui offre les meilleurs soins possible. C’est primordial ».

« Il n’est pas question de s’impliquer auprès d’un organisme parce que cela paraît bien sur un C.V. Il s’agit vraiment de se soucier des autres et de faire des choses utiles ».

– Janet McKeage

Janet ne se limite pas à soutenir L’Hôpital d’Ottawa, elle pose aussi des gestes concrets, en commençant par courir avec l’équipe de Sindy #MEMC (Make Every Moment Count) à l’occasion de Courez pour une raison. Elle est ensuite devenue bénévole, puis coprésidente du Déjeuner du PDG, avant de devenir membre du Conseil d’administration de la Fondation et, en juin 2022, d’en assurer la présidence. « Il n’est pas question de s’impliquer auprès d’un organisme parce que cela paraît bien sur un C.V. Il s’agit vraiment de se soucier des autres et de faire des choses utiles. La présidence de la Fondation de l’Hôpital d’Ottawa est en quelque sorte l’aboutissement de toutes les choses qui m’importent et me permet de mettre à profit mon expérience professionnelle, mes années de bénévolat et d’engagement pour quelque chose qui me passionne. Selon moi, un hôpital est indispensable et essentiel à la prospérité d’une collectivité, d’une famille. Soyons réalistes : si les gens n’ont pas encore fait une telle expérience de l’hôpital jusqu’à présent dans leur vie, ils la feront sans doute un jour, et je veux m’assurer que cette expérience leur sera inoubliable ».

C’est la raison pour laquelle Janet prend les devants avec la campagne Mardi je donne du 29 novembre 2022, en s’engageant à tripler chaque don jusqu’à concurrence de 100 000 $.

Janet est plus motivée que jamais auparavant après avoir appris que le cancer de Sindy était revenu. « C’est grâce à la philanthropie que Sindy a pu bénéficier de soins exceptionnels. Près de 10 ans se sont écoulés depuis son diagnostic, et je remercie chaque jour qui passe. Il faut faire plus de recherches pour donner à des personnes, comme Sindy, l’espoir de jours meilleurs », de conclure Janet.

Tout en ne ménageant pas ses efforts pour recueillir davantage de soutien pour L’Hôpital d’Ottawa, Janet continue de chérir le puissant message de sa meilleure amie – chaque moment compte.

• Cyril Leeder et Janet McKeage, coprésidents du Déjeuner du PDG de L’Hôpital d’Ottawa de 2018 à 2020.
Sarah Grand, coprésidente du Déjeuner du PDG de 2022 et Janet McKeage, présidente du conseil d’administration de la Fondation de l’Hôpital d’Ottawa. Photo prise par Ashley Fraser

Une volonté insatiable d’aider les autres à l’origine d’un généreux don

Le Dr  Shiv Jindal, néphrologue de renom, et son épouse Sarita font un don de 1 million de dollars à la campagne Créons des lendemains 

Le Dr Shiv Jindal et son épouse Sarita partagent la même perspective philosophique quand il s’agit de philanthropie : si quelque chose de bien et d’important se produit pour le bien de la collectivité, pourquoi ne pas en faire partie?

C’est cette perspective simple qui les a poussés à appuyer la construction du nouveau campus sur l’avenue Carling dans le cadre de notre campagne sans précédent Créons des lendemains. Grâce à ce projet, ils ont vu une occasion d’aider leur collectivité, tout en faisant un clin d’œil affectueux au campus de L’Hôpital d’Ottawa où le Dr Shiv Jindal a passé 45 ans d’une carrière bien remplie comme néphrologue après son arrivée au Canada en 1967.

« Si l’occasion vous est donnée de faire le bien, n’y pensez pas à deux fois ».

Dr Shiv et Sarita Jindal
Dr. Shiv Jindal and Mrs. Sarita Jindal made a major gift to the Campaign to Create Tomorrow
Dr Shiv Jindal et son épouse, Sarita, offrent 1 million de dollars à la campagne Créons des lendemains.

Le Dr Jindal a contribué à la création du Service de néphrologie à l’Hôpital Civic alors que cette spécialité médicale n’en était encore qu’à ses débuts. Sur le plan professionnel, le Dr Jindal est un ardent défenseur de la prévention des maladies. D’ailleurs, en 2007, les Jindal ont fait don de 1 million de dollars pour financer une chaire au Centre de recherche sur les maladies du rein à L’Hôpital d’Ottawa pour faire des recherches permettant de prévenir les maladies chroniques du rein. Leur dernier don de 1 million de dollars souligne leur désir profond de faire en sorte que leur ville et d’autres villes deviennent des endroits où il fait bon vivre. Pour les Jindal, ce don est un investissement dans une campagne qui a le pouvoir d’améliorer la vie des patients et de contribuer à redéfinir notre approche en matière de prophylaxie, en particulier au nouveau campus.

Grâce à la campagne Créons des lendemains d’un montant de 500 millions de dollars, la plus importante campagne de financement dans l’histoire d’Ottawa, L’Hôpital d’Ottawa amorce la réalisation de sa vision qui transformera les soins de santé dans le monde entier, en construisant l’hôpital de recherche le plus technologiquement avancé du Canada et en appuyant les recherches révolutionnaires et les projets novateurs de demain.

Les Jindal sont de généreux donateurs de longue date et sont très respectés parmi notre collectivité indocanadienne et le milieu médical local. Leur souhait d’améliorer la vie d’autres personnes ne s’est jamais limité aux frontières de la Ville d’Ottawa. Pendant la plupart des hivers de 1995 à 2015, les Jindal ont passé entre quatre et six semaines en Inde afin de sensibiliser les populations de plus de 60 villages sur la prévention des maladies, l’éducation et la création d’emplois. L’altruisme est, chez eux, une seconde nature.

Merci, Shiv et Sarita, pour votre générosité inspirante et votre engagement indéfectible pour faire en sorte qu’Ottawa et le monde entier deviennent des endroits où il fait bon vivre.

La vidéo est uniquement disponible en anglais.

À propos de la campagne « Créons des lendemains »

Notre campagne de financement « Créons des lendemains », la plus importante de l’histoire de la région, vise à récolter 500 millions de dollars. Cette campagne nous permettra de réaliser notre vision extrêmement ambitieuse de l’avenir de L’Hôpital d’Ottawa, portée par quatre piliers essentiels.

INNOVATION ET TECHNOLOGIE

Découvrez comment nous créerons l’établissement de santé le plus perfectionné au pays, doté des outils les plus modernes, pour offrir à la population un accès aux soins nécessaires, à l’endroit le plus propice et aux fournisseurs de soins les plus compétents.
En savoir plus

RECHERCHE DE CALIBRE MONDIAL

Grâce à notre modèle collaboratif unique, amenant cliniciens et chercheurs à travailler main dans la main, les patients d’Ottawa – et du monde entier – bénéficieront de découvertes révolutionnaires.
En savoir plus

RENFORCEMENT DES SERVICES CRITIQUES

Qu’il s’agisse de traumatologie, de percées dans la lutte contre le cancer ou de neurosciences, nous améliorerons les services critiques que nous offrons aux patients dans toute la région.
En savoir plus

Subhas « Sam » et Uttra Bhargava redonnent à leur collectivité depuis leur première rencontre il y a 60 ans – et cette sollicitude a pris une nouvelle dimension après la perte de plusieurs êtres chers.

Ensemble, ils ont pris soin du père et de la mère de Sam, l’un atteint de la maladie de Parkinson et l’autre de la maladie d’Alzheimer. Leur fille aînée, Suruchi, est devenue tétraplégique après avoir été heurtée par un conducteur ivre. Les trois sont malheureusement décédés à la suite de la détérioration de leur état de santé. Ces tragédies ont fait entrer Sam et Uttra dans le monde de la santé et de la recherche, en les encourageant à redoubler d’efforts pour d’autres confrontés à des difficultés semblables.

« Nous savions que nous devions faire quelque chose pour que personne ne souffre comme nous », de dire Uttra.

« Nous savions que nous devions faire quelque chose pour que personne ne souffre comme nous ».

– Uttra Bhargava

Uttra et Sam Bhargava à l’inauguration de la Clinique Bhargava de neurosciences.

Bénévoles et philanthropes depuis des décennies, les Bhargava permettent de mieux comprendre les recherches menées à L’Hôpital d’Ottawa, tout en nouant un lien étroit avec le Dr Michael Schlossmacher, directeur du Programme de neurosciences et scientifique clinique, qui se consacre à améliorer la vie des personnes atteintes de maladies neurodégénératives.

« La recherche est la seule source d’espoir et d’innovation ».

– Sam Bhargava

« Le Dr Schlossmacher est un éminent scientifique et un homme particulièrement remarquable… Je l’admire beaucoup », d’ajouter Uttra, quand elle et son mari parlent de l’importance de garder à Ottawa les meilleurs chercheurs au monde. « Les personnes talentueuses ne manquent pas; elles peuvent tout faire », de conclure Sam.

C’est cette conviction profonde qui a poussé Sam et Uttra à soutenir la recherche à L’Hôpital d’Ottawa et les soins pour les patients atteints d’une lésion cérébrale ou de la moelle épinière. Ils espèrent que leur soutien aidera à trouver des remèdes pour certaines des maladies et blessures les plus graves – tout en restant conscients que cela n’arrivera pas du jour au lendemain. Ils qualifient leur soutien d’acompte sur leur rêve de guérison. « La recherche est la seule source d’espoir et d’innovation, de dire Sam. Sans cela, c’est peine perdue ».

Les Bhargava donnent généreusement et s’estiment chanceux de pouvoir le faire. En 2012, ils ont fait un don de 1 million de dollars pour créer la Chaire de recherche Bhargava sur la neurodégénérescence à L’Hôpital d’Ottawa – le Dr Schlossmacher en est l’actuel titulaire, et Sam est aussi le président fondateur du Consortium pour la recherche sur le Parkinson. En hommage à leur fille aînée, ils ont également mis sur pied la Chaire de recherche Suruchi Bhargava sur la moelle épinière, qui appuie les travaux de recherche en neurochirurgie de la Dre Eve Tsai.

Uttra (à gauche) and Sam (à droite) Bhargava with Dr Schlossmacher (au centre).

Dernièrement, ils ont fait don de 500 000 $ à la campagne Créons des lendemains, une campagne qui, en plus de soutenir la construction du nouveau campus qui abritera un nouvel institut de neurosciences, propulsera la recherche vers de nouveaux sommets.

« Pour aider la collectivité, il faut investir dans la recherche. Sans cela, c’est peine perdue ».

– Uttra Bhargava

En plus de soutenir L’Hôpital d’Ottawa, Sam et Uttra font preuve d’un esprit philanthropique qui profite à de nombreuses autres initiatives communautaires, comme des programmes d’alphabétisation des jeunes enfants et des programmes de dépistage auditif destinés aux enfants d’âge préscolaire. Ils ont par ailleurs joué un rôle important dans la proclamation par le Parlement de la Journée nationale de l’enfant au Canada. De nos jours, en plus de soutenir la recherche à L’Hôpital d’Ottawa, Sam et Uttra militent pour faire changer la manière dont nous prenons soin de notre population vieillissante. Avec l’aide d’une équipe de premiers sympathisants, ils se mobilisent sur le terrain pour adresser une pétition à la Chambre des communes demandant d’accorder une plus grande priorité à la santé et au mieux-être des aînés et des personnes handicapées. Sam et Uttra sont convaincus que la recherche et l’innovation permettent d’améliorer la qualité de vie de tous les Canadiens.

Les Bhargava se servent de leur notoriété professionnelle et communautaire pour remonter le moral des personnes de leur entourage, qu’ils ne rencontreront jamais pour la plupart. Ils s’efforcent d’éviter à d’autres de faire face aux mêmes tragédies que les leurs, en leur apportant un soutien financier et en consacrant du temps et de l’énergie à des causes qui les touchent directement. « Nous voulons donner de l’argent, de dire Uttra, et en même temps, nous voulons collaborer avec la collectivité ».

« Pour aider la collectivité, il faut investir dans la recherche. Sans cela, c’est peine perdue ».

Uttra (à gauche) and Sam (à droit) Bhargava avec Dre Eve Tsai (au centre).

L’Hôpital d’Ottawa est un important hôpital universitaire d’enseignement et de recherche fièrement affilié à l’Université d’Ottawa.

Un couple solidaire de la collectivité concrétise sa gratitude

Tony Sottile et Barbara Robertson font leur plus important don à ce jour en investissant 2 M$ dans la campagne Créons des lendemains

Certains ont le don de découvrir des occasions en or. Ils voient grand et n’hésitent pas à se lancer le moment venu. Tony Sottile et Barbara Robertson sont parmi ces personnes-là – humbles, travaillants et capables de reconnaître un grand projet lorsqu’il se présente.

Originaire de San Martino in Pensilis, en Italie, la famille de Tony s’est établie au Canada en 1966. Ses parents, Giuseppe et Tina, n’ont rien ménagé pour se forger une nouvelle vie à Ottawa. Pendant trois décennies, ils ont dirigé Kanata Cleaners tout en inculquant à leurs enfants qu’un travail intense en vaut la peine. Son diplôme en génie mécanique en poche, Tony s’est lancé sur sa propre voie en accédant à la présidence de Modern Niagara en 2002 avant de devenir PDG de l’entreprise en 2004, poste qu’il a occupé jusqu’à sa retraite en 2016.

Le succès de Tony ne lui a pas fermé les yeux aux besoins de la collectivité, qu’il aide sans compter en toute humilité. Avec Barbara, son épouse, il appuie depuis des années de nombreuses causes à Ottawa et en inspire d’autres à faire de même. Enseignante à la retraite, Barbara fait du bénévolat chaque semaine aux Bergers de l’espoir et au Manoir Ronald McDonald. De son côté, Tony siège au Conseil des gouverneurs de L’Hôpital d’Ottawa. Ce ne sont là que des exemples de ce qu’ils font pour le mieux-être de notre collectivité.

Par son don récent de 2 millions de dollars à la campagne Créons des lendemains, le couple exprime sa gratitude envers une ville qu’il estime lui avoir tant apporté. Il souhaite ainsi investir dans la création d’un centre mondial de soins de santé et de formation, projet dont les retombées économiques seront sans égal.

La campagne Créons des lendemains concrétise une vision pour la transformation des soins de santé dans le monde. Il s’agit de bâtir l’hôpital le plus technologiquement avancé au pays et de propulser vers de nouveaux sommets une recherche de pointe et l’innovation.

Tony Sottile et Barbara Robertson.

Merci, Tony et Barbara, de vous investir dans notre collectivité et dans notre hôpital, et de nous donner l’exemple par votre générosité.

À propos de la campagne « Créons des lendemains »

Notre campagne de financement « Créons des lendemains », la plus importante de l’histoire de la région, vise à récolter 500 millions de dollars. Cette campagne nous permettra de réaliser notre vision extrêmement ambitieuse de l’avenir de L’Hôpital d’Ottawa, portée par quatre piliers essentiels.

INNOVATION ET TECHNOLOGIE

Découvrez comment nous créerons l’établissement de santé le plus perfectionné au pays, doté des outils les plus modernes, pour offrir à la population un accès aux soins nécessaires, à l’endroit le plus propice et aux fournisseurs de soins les plus compétents.
En savoir plus

RECHERCHE DE CALIBRE MONDIAL

Grâce à notre modèle collaboratif unique, amenant cliniciens et chercheurs à travailler main dans la main, les patients d’Ottawa – et du monde entier – bénéficieront de découvertes révolutionnaires.
En savoir plus

RENFORCEMENT DES SERVICES CRITIQUES

Qu’il s’agisse de traumatologie, de percées dans la lutte contre le cancer ou de neurosciences, nous améliorerons les services critiques que nous offrons aux patients dans toute la région.
En savoir plus

Pendant son enfance à Mumbai, en Inde, le Dr Pradeep Merchant rêve de devenir médecin. Le frère cadet de son père est médecin et lui sert de modèle, l’aidant à tracer sa voie vers l’avenir.

Le Dr Merchant immigre au Canada au milieu des années 1980 lorsqu’il commence des études en pédiatrie à l’Université Queen’s. Attiré par une surspécialité en néonatologie, il met ensuite le cap sur SickKids à Toronto, où il achève sa formation. Mais c’est L’Hôpital d’Ottawa qui, il y a 30 ans, retient son attention avec une intéressante bourse de recherche qu’il accepte sans hésiter.

C’est donc à Ottawa que le Dr Merchant et son épouse Anita s’établissent et élèvent leur famille. Depuis 25 ans, le Dr Merchant est chef de la Division de néonatologie au Campus Civic, où il se dévoue pour nos patients les plus petits et les plus vulnérables. Il leur donne une voix, réclamant toujours une technologie et des outils de pointe pour soigner les bébés prématurés et leur mère.

Dr Pradeep et Mme Anita Merchant

« Nous avons accompli tant de choses pour notre collectivité avec un édifice quasi centenaire au Campus Civic – imaginez ce que nous pourrons faire avec le nouveau campus. »

– Dr Pradeep Merchant

Pour le Dr Merchant, le dévouement est aussi synonyme d’aider notre hôpital à réaliser son plein potentiel, en l’occurrence en siégeant bénévolement au conseil d’administration de La Fondation de l’Hôpital d’Ottawa, et, récemment, en devenant l’un des dirigeants de la campagne Créons des lendemains.

Mais comme si cela ne suffisait pas, le Dr Merchant et son épouse estiment qu’il est aussi important d’épauler la campagne en faisant un don considérable, ce qui, l’espèrent-ils, incitera d’autres à donner aussi. Le couple s’est donc engagé à verser à la campagne une somme équivalente à tout nouveau don mensuel jusqu’à concurrence de 50 000 $, et ce, d’ici au 15 novembre.

Le couple croit que la campagne, qui consiste à propulser la recherche vers de nouveaux sommets et à appuyer la construction du nouveau campus sur l’avenue Carling, changera la donne dans notre ville. « Nous avons accompli tant de choses pour notre collectivité avec un édifice quasi centenaire au Campus Civic – imaginez ce que nous pourrons faire avec le nouveau campus. Une merveille d’ingénierie, l’imposant bâtiment nous permettra d’offrir les meilleurs soins qui soient. Pour moi, le plus emballant, c’est que nous allons attirer les meilleurs médecins de partout au monde », affirme le médecin.

Le Dr Merchant n’hésite pas à communiquer sa vision à d’autres, y compris à la communauté indocanadienne avec laquelle il collabore à des projets depuis des années. « La philanthropie commence chez soi et parmi les siens. Lorsque les gens voient que je ne fais pas que parler, mais que je passe aux actes en faisant mon possible pour aider, j’espère que cela les incite à faire leur possible aussi. Car dans une ville, des soins de santé formidables, novateurs et transformationnels bénéficient à tous, et non seulement à un petit nombre. »

Ce sont les gens d’ici et leur avenir qui motivent le Dr Merchant à participer à cette grande campagne. « Je suis au crépuscule de ma carrière, mais je me sens aussi motivé que lorsque j’ai commencé à travailler dans cet hôpital en 1992. Voici une occasion phénoménale de participer à un grand mouvement et d’y contribuer, et d’offrir à notre population les meilleurs soins de santé pour les 100 prochaines années. »

« La philanthropie commence chez soi et parmi les siens. Lorsque les gens voient que je ne fais pas que parler, mais que je passe aux actes en faisant mon possible pour aider, j’espère que cela les incite à faire leur possible aussi. »

– Dr Pradeep Merchant

La philanthropie du Dr Merchant, qui s’efforce sans relâche de redonner depuis des décennies, ne passe pas inaperçue. Il a reçu l’un des plus grands honneurs lorsqu’il est devenu membre de l’Ordre du Canada en 2021. « Le Canada m’a tant donné et je m’émeus, même à ce jour, d’avoir reçu l’appel du bureau du gouverneur général. J’en suis ému et honoré. Je ne m’y attendais pas. Je remercie notre pays, mais aussi notre société, d’avoir fait de moi ce que je suis devenu aujourd’hui. »

La marque des Auxiliaires de L’Hôpital d’Ottawa sur le terrain

Don de 2,5 millions de dollars et une longue tradition de prise en charge des besoins du patient

La marque des Auxiliaires de L’Hôpital d’Ottawa sur le terrain ​

Don de 2,5 millions de dollars et une longue tradition de prise en charge des besoins du patient

En 1898, il y a presque 125 ans, un groupe dévoué appelé Les Amis de L’Hôpital d’Ottawa a vu le jour à L’Hôpital Général, situé à l’époque à l’intersection des rues Water et Sussex. En 1951 naissent à leur tout Les Auxiliaires Civic, puis Les Auxiliaires Riverside en 1967. Ces trois groupes autonomes et distincts partagent un objectif commun : réunir des fonds pour satisfaire des besoins concrets à l’hôpital. Les choses n’ont pas changé jusqu’en 2021 quand les trois groupes fusionnent pour parler d’une seule voix – et deviennent une association plus puissante et efficace que jamais. La création des Auxiliaires de L’Hôpital d’Ottawa a revitalisé le désir de ses membres de soutenir l’Hôpital et ses patients.    

Leur plus récent don exceptionnel de 2,5 millions de dollars fait partie d’un montant de plus 13 millions de dollars donnés à l’Hôpital au cours des dix dernières années. C’est grâce à ce soutien que l’Hôpital s’est procuré de l’équipement essentiel comme des moniteurs cardiaques et un nouvel appareil d’IRM.

« Nous sommes très attachés à notre encrage sur le terrain, qui nous permet de répondre aux besoins de l’Hôpital et des patients. Voilà ce qui nous anime. »

— Catherine Higgens, présidente, Conseil d’administration des Auxiliaires de L’Hôpital d’Ottawa

En plus de financer l’équipement qui sauve des vies, les Auxiliaires travaillent de façon étroite avec certaines équipes médicales, dont les Services psychosociaux, pour assurer aux patients des articles indispensables. Des tire-laits pour les nouveaux parents à l’armoire de dépannage pour les patients qui ont besoin de vêtements au moment d’obtenir leur congé, la générosité des Auxiliaires permet à l’Hôpital de répondre à des besoins concrets en temps réel.

« Ces gestes ou articles peuvent sembler insignifiants, mais leurs bienfaits pour les patients touchés sont puissants », déclare Catherine Higgens, présidente du Conseil d’administration des Auxiliaires de L’Hôpital d’Ottawa. « Nous sommes très attachés à notre ancrage sur le terrain, qui nous permet de répondre aux besoins de l’Hôpital et des patients. Voilà ce qui nous anime. »

Ce n’est pas la passion qui manque au sein du Conseil d’administration des Auxiliaires et chez sa poignée d’employés efficaces et ses bénévoles déterminés. Ensemble, ils assurent le fonctionnement fluide de plusieurs commerces générateurs de revenus, dont les boutiques de cadeau aux campus Civic et Général et la boutique des Auxiliaires Civic. Les Auxiliaires génèrent aussi des fonds par l’entremise de partenariats communautaires stratégiques, notamment avec plus de 60 marchands et membres de la communauté artistique d’Ottawa. Les marchands reçoivent des espaces sur un campus pour y vendre leurs produits, offrant ainsi à ces petites entreprises locales d’importants revenus et de la visibilité, tout en générant des revenus essentiels à la continuité des activités des Auxiliaires.

Fidèles à leur objectif de collecte de fonds au sein de l’Hôpital, les Auxiliaires apportent aussi un appui concret aux membres du personnel. Depuis 10 années, ils financent une bourse en soins infirmiers qui vise à aider à perfectionner les compétences de notre incroyable personnel infirmier. Tout au long de la pandémie, les Auxiliaires ont aussi exprimé leur reconnaissance envers les travailleurs de la santé en leur distribuant de la nourriture et des gâteries.

Même si les retombées de leurs efforts varient d’un projet à l’autre, la vision des Auxiliaires n’a pas vacillé depuis plus d’un siècle : faire une différence positive auprès des patients de L’Hôpital d’Ottawa et de l’ensemble de la communauté hospitalière.

 

Merci aux Auxiliaires de L’Hôpital d’Ottawa pour votre dévouement durable et votre générosité envers les besoins des patients.

Ce don substantiel a une résonance toute particulière pour la famille Jones

La Jones Family Foundation a fait un don de 10 millions de dollars en soutien à la campagne Créons des lendemains et continue de faire la lumière sur la nécessité de donner à la recherche sur les maladies du rein et le don d’organes.

Dans le milieu des affaires, tout comme dans celui de la santé, les nombres revêtent une certaine importance. Le nombre de clients servis et de problèmes réglés. Le nombre de patients vus et de vies sauvées. Mais les nombres ne laissent entrevoir qu’une petite partie de la réalité.

C’est certes le cas de la famille Jones. Son parcours à L’Hôpital d’Ottawa a été jalonné de nombres critiques : 33, le nombre d’années depuis lequel June Jones vit avec une néphropathie à immunoglobuline (aussi appelée maladie de Berger), une forme de maladie rénale; 10, le nombre d’années depuis lequel elle survit grâce à la dialyse; 8, le nombre d’heures pendant lequel elle est très souvent branchée à un appareil d’hémodialyse.

Mais le nombre le plus important à ses yeux est le chiffre 1. June a besoin d’un nouveau rein, et la famille Jones espère fervemment en la découverte d’un traitement curatif.

C’est la raison pour laquelle June, son mari Russ Jones – le premier directeur des finances de Shopify avant sa retraite – et leurs deux enfants d’âge adulte ainsi que leurs familles ont fait un don de 10 millions de dollars à la campagne Créons des lendemains, par l’entremise de leur fondation familiale. Conscients du fait que l’espoir peut souvent se trouver dans les nombres, ils croient que leur don substantiel pourrait aider à trouver un traitement curatif pour les maladies du rein, une bonne fois pour toutes.

The Jones family
La famille Jones.

« Nous voulons aider les chercheurs de L’Hôpital d’Ottawa à avoir le soutien nécessaire pour trouver des moyens de guérir les patients, ici même, dans notre ville natale. »

— La famille Jones

La campagne Créons des lendemains vise à recueillir 500 millions de dollars afin de transformer la manière de dispenser les soins de santé partout dans le monde, en bâtissant l’hôpital le plus perfectionné en matière de technologies au Canada et en atteignant de nouveaux sommets dans la recherche et l’innovation.

La philanthropie constitue un maillon essentiel de la philosophie de la famille Jones. Cette dernière a donné généreusement à de nombreux organismes de bienfaisance et elle soutient depuis très longtemps la recherche sur les maladies du rein, par le biais de la Fondation du rein et de la Fondation de l’Hôpital d’Ottawa. En fait, trois laboratoires de notre Centre de recherche sur les maladies du rein au Campus Général et à l’Unité d’hémodialyse du Campus Riverside portent le nom de leur Fondation.

Merci à la famille Jones pour sa générosité sans pareil et son intime conviction en l’existence d’un avenir meilleur. Grâce à votre combat inspirant en faveur du don d’organes ainsi qu’à votre soutien indéfectible aux soins de santé, la Ville et L’Hôpital d’Ottawa profitent de votre très grande générosité.

Entendre June Jones expliquer dans ses propres mots ce que c’est que d’attendre une deuxième greffe de rein et pourquoi la recherche est si importante.

À propos de la campagne « Créons des lendemains »

Notre campagne de financement « Créons des lendemains », la plus importante de l’histoire de la région, vise à récolter 500 millions de dollars. Cette campagne nous permettra de réaliser notre vision extrêmement ambitieuse de l’avenir de L’Hôpital d’Ottawa, portée par quatre piliers essentiels.

INNOVATION ET TECHNOLOGIE

Découvrez comment nous créerons l’établissement de santé le plus perfectionné au pays, doté des outils les plus modernes, pour offrir à la population un accès aux soins nécessaires, à l’endroit le plus propice et aux fournisseurs de soins les plus compétents.
En savoir plus

RECHERCHE DE CALIBRE MONDIAL

Grâce à notre modèle collaboratif unique, amenant cliniciens et chercheurs à travailler main dans la main, les patients d’Ottawa – et du monde entier – bénéficieront de découvertes révolutionnaires.
En savoir plus

RENFORCEMENT DES SERVICES CRITIQUES

Qu’il s’agisse de traumatologie, de percées dans la lutte contre le cancer ou de neurosciences, nous améliorerons les services critiques que nous offrons aux patients dans toute la région.
En savoir plus

À bien des égards, Bryde Fresque est un spécimen rare. Il possède un goût pour la vie qui le distingue des autres. Cela, la Dre Carolyn Nessim, chirurgienne oncologue et chercheuse clinicienne à L’Hôpital d’Ottawa, l’a constaté quand M. Fresque a reçu un diagnostic qui l’a forcé à lutter pour sa vie contre une succession de rares problèmes de santé. Au bout du compte, une équipe d’experts aura été nécessaire pour arriver à diagnostiquer et à traiter son phéochromocytome, une tumeur rare qui a mis son avenir en péril.

Le parcours du jeune homme, qui a abouti au diagnostic d’une rare tumeur cancéreuse, a débuté en 2012, le lendemain de Noël. M. Fresque revenait de Napanee quand il a commencé à ressentir une douleur du côté gauche de son corps. Il a alors décidé de s’arrêter dans une pharmacie non loin d’Ottawa où, en le voyant plié de douleur, on lui a recommandé de se rendre à l’hôpital le plus près, un hôpital communautaire.

À peine arrivé à la salle d’urgence, M. Fresque a été transporté en ambulance à L’Hôpital d’Ottawa pour y recevoir des soins spécialisés. La douleur était alors intolérable. Une fois à l’Hôpital, on a constaté qu’il avait subi une rupture hémorragique spontanée de la glande suprarénale gauche et qu’il saignait abondamment. Heureusement, le jeune homme était entre bonnes mains : les radiologistes interventionnels ont pratiqué une embolisation d’urgence, une opération qui consiste à introduire un fil guide dans l’un des vaisseaux sanguins de la jambe, pour atteindre le vaisseau rupturé, près de la glande suprarénale. On injecte ensuite un produit pour colmater ce vaisseau et ainsi interrompre le saignement. Après l’opération, Bryde Fresque a séjourné dix jours à l’hôpital avant de pouvoir rentrer chez lui.

La vidéo est uniquement disponible en anglais.

Les symptômes inhabituels se multiplient

Par la suite, Bryde Fresque, pourtant jeune et actif, a continué de sentir que quelque chose clochait. Impossible pour lui de se débarrasser de ses symptômes inhabituels : « Je me souviens que j’étais trempé de sueur, comme si mon corps n’arrivait pas à se refroidir. À la salle d’entraînement, je pouvais rester 15 minutes sous l’eau froide après avoir fait du vélo, sans voir de différence », explique-t-il.

À l’été 2013, il s’est soumis à une batterie de tests et de questions au Centre de cancérologie, dans l’espoir d’obtenir un diagnostic.

« Il avait des problèmes de santé très inhabituels, qui se manifestaient les uns après les autres. »

— Dre Carolyn Nessim

Bryde kayaking in Iceland with Natalie.
Bryde Fresque et Natalie en kayak en Islande.

À 32 ans, Bryde Fresque n’aurait jamais pensé qu’il pouvait être atteint d’un cancer. « J’étais jeune et en santé, je ne fumais pas, je ne consommais pas de drogue et j’étais actif. D’ailleurs, au départ, mes symptômes se manifestaient seulement quand je faisais du sport. Mon corps surchauffait, même par temps froid, et j’étais incapable de me rafraîchir. »

« Nous nous réunissons les vendredis pour discuter de cas complexes, comme celui de M. Fresque. Tout le monde participe : le personnel d’oncologie médicale, de radio-oncologie, de pathologie, de radiologie et de chirurgie. Ensemble, nous examinons chaque cas pour déterminer la meilleure marche à suivre pour le patient. »

— Dre Carolyn Nessim

La rupture spontanée de la glande suprarénale de M. Fresque, six mois auparavant, est aussi venue compliquer le diagnostic. On a d’abord cru qu’il souffrait d’un gros hématome, un caillot résiduel qui se serait formé après l’interruption du saignement. « Il avait des problèmes de santé très inhabituels, qui se manifestaient les uns après les autres. Une rupture spontanée de la glande suprarénale, ça n’arrive que très rarement. Selon moi, le problème venait de la taille du caillot. Il dissimulait la tumeur qui se trouvait en dessous et la rendait difficile à détecter aux examens d’imagerie », explique la Dre Nessim.

À la recherche de la cause

Bryde at The Ottawa Hospital
Bryde Fresque a reçu des traitements pour une rare tumeur cancéreuse à L’Hôpital d’Ottawa.

Après quelque temps, M. Fresque a commencé à avoir de la difficulté à respirer et à se pencher dans certaines directions. Il a aussi remarqué qu’une distension était apparue sur son côté gauche. La théorie de l’hématome ne fonctionnait plus, car celui-ci aurait dû se résorber en quelques mois, selon la Dre Nessim. La médecin a alors envisagé la possibilité d’une tumeur.

C’est ainsi que le cas de Bryde Fresque a finalement atterri devant le comité de traitement des sarcomes de L’Hôpital d’Ottawa. « Nous nous réunissons les vendredis pour discuter de cas complexes, comme celui de M. Fresque. Tout le monde participe : le personnel d’oncologie médicale, de radio-oncologie, de pathologie, de radiologie et de chirurgie. Ensemble, nous examinons chaque cas pour déterminer la meilleure marche à suivre pour le patient. »

Le comité d’experts a décidé que la chirurgie était la meilleure option pour diagnostiquer la maladie de M. Fresque, mais aussi pour traiter ce dernier en retirant la tumeur qui minait considérablement sa qualité de vie. Vu la taille de la tumeur et le nombre d’organes qu’elle semblait avoir envahi selon les résultats d’imagerie, l’opération s’annonçait à la fois longue et complexe, et comportait des risques et des complications potentielles qu’une équipe spécialisée serait le mieux à même de prévenir. L’équipe chargée du traitement des sarcomes possédait l’équipement et les connaissances nécessaires pour réaliser une telle opération. D’ailleurs, l’Hôpital est l’un des trois centres de traitement des sarcomes de la province qui possède la désignation d’Action Cancer Ontario. Même si la tumeur de Bryde Fresque était un phéochromocytome plutôt qu’un sarcome, l’approche chirurgicale était la même.

Un rendez-vous préopératoire des plus inusités

À l’automne 2013, la masse de M. Fresque avait atteint la taille d’un bloc de béton. Fidèle à sa personnalité unique, ce grand amateur de l’Halloween a décidé de se présenter à son rendez-vous préopératoire le 31 octobre vêtu d’un déguisement d’Ironman fait maison!

Le 15 novembre, une impressionnante équipe de plus de 20 professionnels était rassemblée dans la salle d’opération. M. Fresque se rappelle avoir entendu la Dre Nessim raconter l’anecdote du rendez-vous alors qu’il était étendu sur la table d’opération. « Ensuite, elle s’est penchée vers moi et m’a dit “prends une grande inspiration, Ironman” alors qu’on m’intubait. »

Le jeune homme a dû s’en remettre entièrement à la Dre Nessim et à son équipe durant l’opération délicate de 12 heures. Celle-ci pouvait comporter plusieurs risques; même si le phéochromocytome de M. Fresque semblait non fonctionnel, le stress associé à la chirurgie aurait pu stimuler la tumeur et lui faire sécréter de l’adrénaline, une hormone susceptible de faire gravement augmenter la pression artérielle. L’équipe a administré au patient des médicaments particuliers pour éviter que cela ne se produise.

« Je me sens privilégiée chaque fois que je peux aider un patient. »

— Dre Carolyn Nessim

Dr. Carolyn Nessim, The Ottawa Hospital
La chirurgienne oncologue de Bryde Fresque, la Dre Carolyn Nessim.

Juste avant de se rendre dans la salle d’opération pour réaliser l’épineuse chirurgie, la Dre Nessim a étudié les résultats d’imagerie et visualisé, dans l’ordre, chaque étape à suivre pour retirer la tumeur. La médecin était entourée d’une équipe hautement spécialisée comprenant un urologue, un chirurgien thoracique, un chirurgien hépato-biliaire et pancréatique, et deux anesthésistes. « Ce n’était pas un cas banal », résume t-elle.

L’équipe a retiré le rein et la glande suprarénale gauches de Bryde Fresque, ainsi que le tiers de son pancréas. Elle a aussi réséqué, puis reconstruit, son côlon, son intestin et son diaphragme, et a retiré sa rate, une rate accessoire – présente chez certains patients –, dix nœuds lymphatiques et l’hématome. Heureusement, la Dre Nessim a également pu retirer la tumeur en entier. L’opération a été un succès.

Des réponses

Bryde Fresque a passé 40 jours à l’hôpital après l’opération, et c’est durant son séjour qu’il a finalement obtenu une explication pour ses symptômes. On lui a diagnostiqué un phéochromocytome, une tumeur rare et parfois cancéreuse qui se forme en général sur l’une des deux glandes suprarénales, situées au-dessus des reins. Dans environ 10 % des cas, la tumeur se propage à d’autres parties du corps. Le danger du phéochromocytome, c’est qu’il peut sécréter une hormone appelée adrénaline en quantité excessive, ce qui fait grimper la pression artérielle et peut rendre les gens malades. Par contre, la tumeur de M. Fresque était non fonctionnelle, ce qui signifie qu’elle ne sécrétait pas d’adrénaline ou très peu, compliquant ainsi l’établissement d’un diagnostic avant la chirurgie. Qui plus est, les tests urinaires du jeune homme visant à détecter la présence de marqueurs de l’adrénaline étaient négatifs.

« L’Hôpital d’Ottawa est très bien placé pour étudier et traiter cette tumeur rare, mais dangereuse. »

— Dr Neal Rowe

« Voilà qui pourrait expliquer pourquoi il avait chaud et suait abondamment. Sa tumeur sécrétait peut-être une quantité subclinique d’adrénaline. Elle était bien cancéreuse », indique la Dre Nessim.

L’expertise dans les phéochromocytomes

Bryde with his wife and child
Bryde Fresque, son épouse Natalie et leur fils, Edmond.

Une bonne partie de la recherche qui s’effectue à l’Hôpital et ailleurs dans le monde se concentre sur la détection et le traitement rapides du phéochromocytome. Le Dr Neal Rowe, urologue clinicien à L’Hôpital d’Ottawa, mène des recherches sur ce type de tumeur : « Nous savons que certains gènes augmentent le risque de développer un phéochromocytome. En les repérant chez des patients, nous pouvons tester les membres de leur famille, ce qui permet de détecter la tumeur rapidement et d’étudier les facteurs biologiques qui mènent à sa formation. » Selon lui, ce type de tumeur touche environ une à deux personnes sur 100 000.

« Grâce à la Dre Nessim et à l’équipe de L’Hôpital d’Ottawa, j’ai retrouvé la santé. Je peux maintenant vivre ma vie comme jamais. J’ai épousé la femme de mes rêves, et je suis devenu père. »

— Bryde Fresque

« L’Hôpital d’Ottawa est très bien placé pour étudier et traiter cette tumeur rare, mais dangereuse. Nous avons un groupe collaboratif d’experts en endocrinologie et en génétique médicale, ainsi qu’une équipe d’anesthésistes et de chirurgiens dédiés. Grâce à nos recherches et à nos diverses initiatives nationales, je crois que nous nous démarquons », ajoute le Dr Rowe.

Aller de l’avant, viser plus haut et redonner

Aujourd’hui, sept ans après l’opération, le cancer de Bryde Fresque ne montre aucun signe de récidive. Il lui a fallu du temps, mais le jeune homme a repris son mode de vie actif et il est très reconnaissant des soins qu’il a reçus. Lui et son épouse ont d’ailleurs gravi le mont Kilimandjaro, en Tanzanie, ainsi que le col le plus élevé au monde, situé dans la chaîne Annapurna de l’Himalaya, au Népal, dans le but d’amasser des fonds et de sensibiliser les gens aux cancers endocriniens rares – tout cela alors que M. Fresque était toujours considéré comme un patient atteint du cancer.

Bryde and Natalie at Uhuru Peak on Mount Kilimanjaro.
Bryde Fresque et Natalie au mont Kilimandjaro.

« Avoir un cancer, ou simplement tomber malade, ça change une vie. Grâce à la Dre Nessim et à l’équipe de L’Hôpital d’Ottawa, j’ai retrouvé la santé. Je peux maintenant vivre ma vie comme jamais. J’ai épousé la femme de mes rêves, et je suis devenu père », affirme M. Fresque, avant d’ajouter : « Honnêtement, je pense que si j’avais été ailleurs, si on m’avait confié à quelqu’un d’autre, je ne serais probablement pas ici aujourd’hui. J’en suis certain. »

C’est pourquoi M. Fresque organise chaque année une fête d’Halloween, connue sous le nom de « Spadinaween », pour amasser des fonds en appui à l’Hôpital. Il a recueilli plus de 10 000 $ jusqu’à maintenant, et même la Dre Nessim vient faire un tour.

Un lien particulier unit toujours le patient et la médecin; M. Fresque s’est même porté volontaire pour aider la Dre Nessim à mener un projet de recherche mondial sur les sarcomes. Pour le jeune homme, c’est un honneur d’aider d’autres patients. « Pour moi, ce qui a bouclé la boucle, c’est quand on m’a invité à participer à une étude internationale – avec la Dre Nessim et d’autres médecins du Royaume-Uni, de l’Italie, des Pays-Bas et de l’Australie – pour améliorer l’expérience des patients. Si je peux transformer quelque chose de négatif en positif, vous pouvez compter sur moi! »

Le fait de voir Bryde Fresque profiter de la vie aujourd’hui rend plus supportables les journées interminables et éreintantes passées en salle d’opération et la recherche constante de réponses. « C’est pour ça que je fais ce travail. C’est ma plus grande joie et ma plus belle récompense, affirme la Dre Nessim. Je me sens privilégiée chaque fois que je peux aider un patient. »


Fièrement affilié à l’Université d’Ottawa, L’Hôpital d’Ottawa est un centre de recherche et de santé universitaire de premier plan.

Il existe une berceuse hindoue que Kalpana Prasad a chantée pendant de nombreuses années, d’abord pour ses filles quand elles étaient bébés, puis à ses petits-enfants au fur et à mesure de leur naissance. C’est la première berceuse qu’elle a réussi à chanter après son AVC en 2021, ce qui l’a confortée dans l’idée qu’elle était en voie de guérison. Et elle attribue tout cela aux soins exceptionnels qui lui ont été prodigués à L’Hôpital d’Ottawa.

La musique a joué un rôle majeur dans la vie de Kalpana. Cette économiste retraitée de la fonction publique fédérale a appris à jouer de la musique classique indienne dans son pays d’origine, et ce n’est sans doute pas surprenant que c’est en regardant, chez eux à Ottawa, une émission musicale avec son mari Rakesh en janvier dernier qu’elle a soudainement perdu toute sensation dans sa main droite.

« J’ai su qu’il s’agissait d’un AVC, juste à la manière dont ma main s’est engourdie ».

Kalpana Prasad 

« J’ai su qu’il s’agissait d’un AVC, juste à la manière dont ma main s’est engourdie » raconte Kalpana, qui a demandé à Rakesh d’appeler au plus vite une ambulance.

« C’est arrivé si vite — aucun signe avant-coureur, rien, de dire Rakesh. Je suis reconnaissant qu’elle soit encore avec nous ».

Rakesh et Kalpana Prasad.

Les ambulanciers paramédicaux ont conduit Kalpana à l’Urgence du Campus Civic de L’Hôpital d’Ottawa, qui est spécialisé dans la prévention des AVC, les soins aux patients qui en sont atteints et leur rétablissement. Cela est arrivé en pleine pandémie, et sa famille n’a pas pu facilement lui rendre visite, mais, selon Kalpana, le personnel médical et les aides en soins de santé ont su combler cette absence. C’est la voix chargée d’émotion qu’elle se souvient d’une employée en particulier.

« Elle a été comme une mère pour moi, si douce, si attentionnée. Cela m’a étonnée qu’une parfaite étrangère soit si gentille. À l’image des soins dispensés à L’Hôpital d’Ottawa; tout le monde était vraiment gentil ».

« Elle a été comme une mère pour moi, si douce, si attentionnée. Cela m’a étonnée qu’une parfaite étrangère soit si gentille ».

Kalpana Prasad

Pendant deux jours, Kalpana avait perdu l’usage de la parole en raison de son AVC. La plus jeune fille du couple, Ruchi Prasad, interniste dans le Maryland, a fréquemment discuté avec les médecins de l’état de santé de sa maman. Kalpana revoit Ruchi implorant le personnel médical de « l’aider à retrouver sa voix, car ma maman adore chanter! ».

C’est la berceuse hindoue que Kalpana a d’abord réussi à fredonner, puis à chanter, et elle en a envoyé un enregistrement à ses filles. Lorsque sa fille aînée Reshma Mathur a entendu la chanson, elle a dit, en larmes, « Maman, tout ira bien ».

Les soins prodigués à Kalpana à L’Hôpital d’Ottawa ont englobé des séances de physiothérapie et d’orthophonie, et bien qu’elle ait encore quelques petits problèmes de langage, elle est extrêmement reconnaissante d’être en vie. Cette gratitude a donné l’idée à la famille Prasad de créer le Fonds de dotation en héritage de la famille Rakesh et Kalpana Prasad/Mathur en faisant un don fort généreux. Le Fonds appuie la recherche sur les maladies du cœur et l’AVC à L’Hôpital d’Ottawa.

« Nous croyons que nous venons du néant et que nous retournons vers le néant. Notre idée est d’inspirer d’autres membres de la collectivité, notamment d’autres membres de la communauté indo-canadienne, car cela peut arriver à n’importe qui et à n’importe quel moment ».

Rakesh Prasad
Reshma Mathur et Ruchi Prasad.

« Je dois faire quelque chose pour cet Hôpital qui nous a littéralement sauvés », ajoute Kalpana. Rakesh abonde dans son sens, en disant que L’Hôpital d’Ottawa lui a aussi sauvé la vie lorsque des médecins ont découvert que ses artères coronaires étaient bouchées 20 ans plus tôt et lui ont implanté deux endoprothèses (stents).

« Nous croyons que nous venons du néant et que nous retournons vers le néant, de dire Rakesh, en faisant référence à un célèbre proverbe hindou. Notre idée est d’inspirer d’autres membres de la collectivité, notamment d’autres membres de la communauté indo-canadienne, car cela peut arriver à n’importe qui et à n’importe quel moment. Nous avons la responsabilité d’aider cette collectivité que nous apprécions tant ».

Et il y a tant d’autres choses à apprécier, notamment, bien entendu, chanter.


L’Hôpital d’Ottawa est un important hôpital universitaire d’enseignement et de recherche fièrement affilié à l’Université d’Ottawa.  

Celebrating a $10-million donation from the Taggart Parkes Foundation to the Campaign to Create Tomorrow

Un don de 10 millions de dollars de la Taggart Parkes Foundation qui façonnera l’avenir d’Ottawa

Un don de 10 millions de dollars de la Taggart Parkes Foundation qui façonnera l’avenir d’Ottawa

Nous savons tous que la qualité d’une fondation est généralement garante de sa stabilité et de sa longévité et qu’il en va de même d’une construction, d’une famille ou d’une collectivité. Cette vérité s’applique également à Ottawa, une ville qui peut compter sur la vision et la générosité de clans comme la famille Taggart.

Présente à Ottawa depuis près de 75 ans, la société de construction primée Taggart Group of Companies a fait la preuve de sa capacité unique de créer des structures et des communautés durables – en transformant des terrains vacants en milieux habitables accueillants et propices à la marche.

The Taggart Family
Membres de la famille Taggart en 2021.

Depuis la première acquisition d’un terrain du secteur ouest d’Ottawa pour loger nos héros revenus de la guerre, les Taggart ont créé une série d’entreprises comptant un effectif considérable au fil de leur parcours jalonné de succès. Avec la Taggart Parkes Foundation, un organisme sans but lucratif administré par la famille, ils vont plus loin en se donnant pour mission de faire d’Ottawa une ville encore plus conviviale et chaleureuse. Qu’il s’agisse d’outiller les jeunes plus vulnérables, d’améliorer la santé de la collectivité ou de soutenir la recherche sur le cancer, le nom Taggart est associé à d’innombrables initiatives dans notre ville depuis trois générations.

En faisant un don de 10 millions de dollars à la campagne « Créons des lendemains », la Taggart Parkes Foundation investit encore une fois dans notre collectivité et notre avenir, pour révolutionner les soins de santé, mais aussi afin de façonner l’avenir de notre ville pour les générations à venir.

La campagne « Créons des lendemains », qui a pour objectif d’amasser 500 millions de dollars, amorce la réalisation d’une vision qui transformera les soins de santé dans le monde entier – par la construction de l’hôpital de recherche le plus technologiquement avancé du Canada et le soutien aux recherches révolutionnaires et aux projets novateurs de demain.

Merci à la Taggart Parkes Foundation de s’engager activement envers notre collectivité et de nous inspirer par sa générosité.

À propos de la campagne « Créons des lendemains »

Notre campagne de financement « Créons des lendemains », la plus importante de l’histoire de la région, vise à récolter 500 millions de dollars. Cette campagne nous permettra de réaliser notre vision extrêmement ambitieuse de l’avenir de L’Hôpital d’Ottawa, portée par quatre piliers essentiels.

INNOVATION ET TECHNOLOGIE

Découvrez comment nous créerons l’établissement de santé le plus perfectionné au pays, doté des outils les plus modernes, pour offrir à la population un accès aux soins nécessaires, à l’endroit le plus propice et aux fournisseurs de soins les plus compétents.
En savoir plus

RECHERCHE DE CALIBRE MONDIAL

Grâce à notre modèle collaboratif unique, amenant cliniciens et chercheurs à travailler main dans la main, les patients d’Ottawa – et du monde entier – bénéficieront de découvertes révolutionnaires.
En savoir plus

RENFORCEMENT DES SERVICES CRITIQUES

Qu’il s’agisse de traumatologie, de percées dans la lutte contre le cancer ou de neurosciences, nous améliorerons les services critiques que nous offrons aux patients dans toute la région.
En savoir plus