Une thérapie spécialisée aide une enseignante à se remettre d’un traumatisme cérébral – et les résultats sont remarquables

Si vous rencontriez Casey Delaney aujourd’hui, rien ne vous laisserait croire qu’elle a survécu à un accident grave lui ayant causé un traumatisme cérébral et ayant compromis son avenir.

Quand Casey Delaney s’est fait frapper par une motomarine hors de contrôle il y a deux ans, sa vie est brusquement tombée au point mort. Elle avait subi un grave traumatisme cérébral, et les médecins ne savaient pas si elle pourrait un jour recommencer à marcher, à parler ou à s’adonner à sa passion, l’enseignement. Mais grâce aux soins spécialisés reçus au Centre de réadaptation de L’Hôpital d’Ottawa, Mme Delaney a pu remettre le cap sur une vie normale.

L’instant où tout a basculé

C’est la fête du Canada en 2018. Casey Delaney et ses amis se prélassent dans un radeau gonflable sur la rivière Gatineau, non loin de la berge, quand une motomarine échappe au contrôle de son pilote et percute Mme Delaney. Cette dernière perd aussitôt conscience.

Casey in The Ottawa Hospital

Son conjoint d’alors, Scott, pratique les manœuvres de réanimation cardiorespiratoire jusqu’à l’arrivée des ambulanciers, qui emmènent la victime de toute urgence à l’hôpital le plus proche. Mais étant donné la quantité et la complexité de ses blessures, celle-ci est vite transférée à notre Centre de traumatologie du Campus Civic pour obtenir les soins dont sa vie dépend.

Pour réduire l’enflure de son cerveau, les médecins retirent avec minutie la moitié gauche de son crâne – plus tard remplacée par un grillage en titane –, puis plongent Mme Delaney dans un coma artificiel pour deux semaines. Leur diagnostic : un traumatisme cérébral grave. Ils ne savent pas si cette patiente pourra un jour recommencer à parler, se servir de ses bras ou reconnaître ses proches. Mais à son réveil, il y a de l’espoir.

« J’avais de la difficulté à marcher au début, mais j’ai pu me tenir debout très tôt, ce qui est une grande chance », raconte Mme Delaney, qui n’avait alors que 26 ans. Bien qu’elle ait été très chanceuse, l’enseignante n’en est pas sortie parfaitement indemne. Elle avait des faiblesses du côté droit du corps et des problèmes de mémoire et d’équilibre qui nécessitaient un traitement spécial.

Mais nos spécialistes étaient prêts à l’aider à surmonter ces obstacles pour regagner sa vie d’avant.

Un long parcours se dessine

En août 2018, Casey Delaney est admise dans notre programme de réadaptation spécialisé en lésions cérébrales, l’un des rares programmes du genre en Ontario, qui traite des patients de tout l’Est de la province et même du Nunavut. Elle se soumet à une thérapie intensive de deux mois, laquelle devait être suivie de plusieurs années de réadaptation externe.

Les personnes qui survivent à un traumatisme cérébral sont souvent aux prises avec des effets secondaires toute leur vie. Ces effets physiques et cognitifs peuvent les empêcher de mener une vie autonome ou de participer à des activités sociales, et peuvent altérer leur personnalité et leur comportement. La réadaptation aide ces personnes à retrouver leurs capacités sur ces plans. Nos spécialistes les accompagnent pour toute la durée de leur rétablissement, qui peut être long.

Casey in room at The Ottawa Hospital

« Quand on se casse une jambe, on s’attend à s’en remettre en trois mois environ. Mais dans le cas d’une lésion cérébrale, il faut compter une année ou deux d’efforts continus », explique le Dr Shawn Marshall, physiatre et chef de la Division de médecine physique et de réadaptation, qui a suivi Mme Delaney tout au long de sa thérapie. « Comme Mme Delaney avait subi un traumatisme cérébral grave, ses chances de pouvoir reprendre un travail à temps plein s’établissaient à moins de 50 %. »

Mais Mme Delaney, enseignante à la maternelle et au jardin d’enfants passionnée, n’allait pas laisser ce pronostic l’empêcher de retrouver sa vie, et sa classe, aussi vite que possible.

« Je me disais : “Ils ont tort. Je vais reprendre le travail en septembre.” Mais soyons clairs, ça n’a pas été le cas », précise-t-elle. Néanmoins, elle était prête à y mettre toute la gomme.

Préparer le terrain

Pour les patients comme Casey Delaney, les soins reçus au centre de traumatologie donnent le ton au parcours de réadaptation qui s’ensuit. Les recherches en cours ici même dans notre hôpital peuvent contribuer à documenter et à améliorer ces soins.

Au moment de l’admission de Mme Delaney, le Dr Shane English, intensiviste et chercheur à L’Hôpital d’Ottawa, recrutait des patients pour une étude internationale qui s’intéressait à la gestion des concentrations sanguines chez les patients présentant une lésion cérébrale – et Mme Delaney était la candidate parfaite.

« Cette étude a été amenée ici dans le but de fournir les meilleurs soins qui soient à nos patients. » – Dr Shane English

Casey at The Ottawa Hospital

En général, les transfusions sanguines sont réservées aux patients en traumatologie qui affichent un très faible taux de globules rouges (anémie). Mais comme ceux qui ont une lésion cérébrale sont plus sujets au manque d’hémoglobine, les chercheurs se demandaient s’il y avait lieu de recourir davantage aux transfusions pour prévenir l’anémie importante dans leur cas et ainsi, peut-être, obtenir de meilleurs résultats.

« Notre travail, c’est de préserver tout ce qu’on peut pour leur donner toutes les chances de se rétablir par la suite, explique le Dr English. Nous avons été très actifs dans la recherche en lésions cérébrales et en traumatologie; cette étude a été amenée ici dans le but de fournir les meilleurs soins qui soient à nos patients. »

La remise sur pied

Tout au long de sa récupération, Casey Delaney a eu la chance non seulement de recevoir les traitements les plus avancés qui soient, mais d’être prise en charge par une équipe de soins en collaboration des plus complètes : infirmières, physiothérapeutes, ergothérapeutes, psychologues, travailleurs sociaux, orthophonistes et physiatres.

« La thérapie la plus efficace est celle qui a un sens pour le patient, qui le stimule et dont il voit l’utilité. La réadaptation, c’est reprendre sa vie en main. » – Dr Shawn Marshall

Parmi ces experts, bon nombre contribuent à établir les lignes directrices et les pratiques exemplaires pour le traitement et la gestion des traumatismes cérébraux en Ontario. Ce sont eux qui ont accompagné Mme Delaney dans ses séances de thérapie intensive de trois à cinq heures par jour. Et puisqu’en matière de lésions cérébrales, chaque cas est unique, ils ont mis au point un programme de réadaptation hautement personnalisé ciblant les aspects qui lui causaient des difficultés, pour ainsi l’aider à retrouver ses capacités et à rentrer chez elle.

Certaines séances avaient lieu dans des salles spécialisées imitant des pièces de la maison, comme la salle de bain ou la cuisine, où l’enseignante a pu apprendre des stratégies pour surmonter ses blessures. Mme Delaney se souvient avoir été surprise par certaines des séances, qui l’ont notamment amenée à faire la cuisine et à travailler le bois.

« Le Dr Marshall a été génial. Avec lui, l’étape suivante était toujours prête. C’est ce qu’il fallait à mon cerveau. » – Casey Delaney

« J’avais des cours de motricité fine qui me paraissait un peu ridicules à ce moment-là : c’est ce que j’enseigne à mes élèves! Mais avec le recul, je vois que j’avais besoin d’amélioration, raconte-t-elle en riant. Je me souviens que j’étais tellement fière de rentrer chez moi avec un mets que j’avais moi-même préparé pour Scott. Je n’avais pas fait ça depuis si longtemps. »

« J’avais des cours de motricité fine qui me paraissait un peu ridicules à ce moment-là : c’est ce que j’enseigne à mes élèves! Mais avec le recul, je vois que j’avais besoin d’amélioration, raconte-t-elle en riant. Je me souviens que j’étais tellement fière de rentrer chez moi avec un mets que j’avais moi-même préparé pour Scott. Je n’avais pas fait ça depuis si longtemps. »

Un rétablissement exceptionnel

Après deux mois de thérapie seulement, Casey Delaney avait beaucoup progressé et était prête à passer à la prochaine étape : rentrer chez elle. « En septembre, j’étais sortie de l’hôpital et de retour à la maison. C’était un pas énorme », se réjouit-elle. Une autre raison de fêter s’est ajoutée quand Scott, qui l’avait épaulée tout au long du processus, l’a demandée en mariage.

Les séances quotidiennes se sont poursuivies à l’hôpital, s’espaçant à mesure que Mme Delaney prenait du mieux. Fait remarquable, en septembre suivant, l’enseignante avait repris le travail à temps plein. Elle s’adonnait à sa passion et n’avait plus besoin de thérapie.

Mme Delaney attribue cette réussite à son équipe de soins, qui lui a donné les outils et les traitements dont elle avait besoin pour se relever, déjouer les pronostics et voir se profiler un avenir en santé. « Le Dr Marshall a été génial. Avec lui, l’étape suivante était toujours prête, souligne-t-elle. C’est ce qu’il fallait à mon cerveau. »

Aux dires de nos experts, son rétablissement est tout à fait exceptionnel.

« Ce qu’on retient de son cas, c’est qu’il est possible de se prélasser sur une rivière un instant, et le suivant, de voir sa vie transformée pour le restant de ses jours, conclut le Dr Marshall. Mme Delaney a travaillé très fort. Elle a progressé jusqu’à pouvoir reprendre les activités qu’elle aimait, retrouver sa famille et – c’est impressionnant – recommencer à enseigner à temps plein, ce qui est assez remarquable. »

Fièrement affilié à l’Université d’Ottawa, L’Hôpital d’Ottawa est un centre de recherche et de santé universitaire de premier plan.

Nous avons besoin de votre aide maintenant pour que les patients comme Mme Delaney obtiennent les soins dont ils ont besoin pour reprendre les activités qui leur tiennent à cœur.

D'autres histoires inspirant

Une journée dans la vie d’un chirurgien en traumatologie
Découvrez les dessous du seul centre de traumatologie de niveau 1 de la région et de son équipe hautement qualifiée, qui unit ses forces chaque fois qu’un patient franchit ses portes.
Traumatisme et guérison après une explosion en Afghanistan
La mission de Bushra Saeed-Khan en Afghanistan a été écourtée après l’explosion d’un engin explosif improvisé, qui a failli mettre un terme à sa vie. L’Hôpital d’Ottawa était prêt pour l’aider à se rétablir.
Poussé par la détermination, il marche de nouveau après un diagnostic de syndrome de Guillain-Barré
Le féru de vélo Fran Cosper a vu sa vie basculer quand il s’est réveillé en pleine nuit pour réaliser qu’il ne sentait plus ses jambes. Les médecins de L’Hôpital d’Ottawa lui ont diagnostiqué le syndrome de Guillain-Barré.

Traumatisme et guérison après une explosion en Afghanistan

La mission de Bushra Saeed-Khan en Afghanistan devait durer un an. Pendant la huitième semaine, toutefois, le véhicule blindé léger dans lequel elle se trouvait a roulé sur un engin explosif improvisé. Elle figure parmi les quelques survivants de l’explosion. S’en est suivi un long cheminement du traumatisme à la guérison, dont près de 50 chirurgies et des années de réadaptation intensive. Une équipe de spécialistes de L’Hôpital d’Ottawa a traité les blessures qui ont failli lui coûter la vie.

Une patrouille de routine à Kandahar a altéré le cours de la vie de Bushra Saeed-Khan pour toujours. En un bref instant, la détonation d’un engin explosif improvisé a tout changé : employée du gouvernement fédéral en mission en Afghanistan un instant, amputée survivant à un traumatisme aux prises avec un stress post-traumatique l’instant suivant. La complexité de ses blessures l’a amenée à L’Hôpital d’Ottawa, où une équipe de spécialistes dévoués étaient prêts à l’aider à rentrer chez elle.

La vidéo est uniquement disponible en anglais.

Travailler en zone de guerre

À la huitième semaine de sa mission d’un an en Afghanistan, Bushra a reçu la permission d’accompagner des troupes « à l’extérieur du périmètre », soit au-delà de la protection conférée par la base militaire. C’est sur le chemin du retour que le véhicule blindé léger dans lequel elle se trouvait a roulé sur un engin explosif improvisé dissimulé dans le sol.

Bushra in Kandahar

Elle se rappelle la forte détonation. Elle n’avait jamais entendu un son pareil. Elle a ensuite perdu conscience. Lorsqu’elle a repris ses esprits, le silence régnait. La confusion et le choc avaient paralysé tout son corps, mais cela n’avait pas d’importance. Elle était coincée à l’intérieur du véhicule, incapable de bouger. La peur s’est insinuée dans chacune de ses pensées. Était-elle la seule survivante? Le véhicule allait-il s’enflammer pendant qu’elle était prise à l’intérieur? Y avait-il quelqu’un à proximité pour lui sauver la vie? Chaque pensée était toute aussi anxiogène que la suivante dans ce pays déchiré par la guerre à des kilomètres de la base, de la sécurité, de sa famille et de sa maison.

Quatre soldats et un civil, qui était devenu son ami, sont décédés ce jour-là, le 30 décembre 2009. Les cinq survivants, dont Bushra, sont chanceux d’être en vie. Elle ne s’en est toutefois pas sortie indemne. Elle continue toujours de sentir les répercussions de l’incident plus d’une décennie plus tard.

Obtenir des soins médicaux

Après l’explosion, les troupes dans le second véhicule blindé ont rapidement demandé des renforts pour aider les survivants. À la vue de Bushra, ils ont su clairement que ses blessures étaient graves. Tout son corps était touché. Le choc avait été si fort : son abdomen était ouvert et ses jambes, en piteux état – une partie avait même été entièrement soufflée par l’explosion.

Bushra in Germany

Bushra a été transportée en hélicoptère jusqu’à une base militaire pour y recevoir des soins médicaux avant d’être amenée à un hôpital à Landstuhl, en Allemagne, où elle a été placée dans un coma artificiel. Pendant que les médecins tentaient de stabiliser son état en vue du long vol jusqu’au Centre de traumatologie du Campus Civic de L’Hôpital d’Ottawa, Bushra a appris l’existence de la Dre Nancy Dudek, directrice médicale du programme destiné aux amputés. La D<sup>re</sup> Dudek est devenue sa principale médecin pendant plus d’une décennie. « Je n’ai pas pris conscience, à ce moment, du rôle extraordinaire que la Dre Dudek allait jouer dans ma vie. »

Cheminement vers la guérison et le rétablissement

Dès l’arrivée de Bushra au Centre de traumatologie, des spécialistes ont commencé à travailler 24 heures sue 24 pour réparer les dommages considérables causés par l’engin explosif. « Je me rappelle ma première rencontre avec Bushra, raconte la Dre Dudek. Elle venait d’arriver à l’Hôpital et avait énormément de blessures. La question la plus importante que je devais lui poser à ce moment concernait sa jambe. » Une jambe étant gravement blessée, son amputation était inévitable. Comme le fémur était en plus fracturé, il fallait décider si le chirurgien orthopédiste allait amputer toute la jambe ou réparer la fracture au fémur pour conserver la plus grande partie possible de la jambe. « C’est très important, lorsque c’est possible, d’inclure le patient dans la décision, ajoute la Dre Dudek. Nous voulons que les patients aient leur mot à dire sur ce qui va arriver à leur corps. » L’équipe a finalement décidé de réparer la fracture du fémur et de réaliser une amputation au niveau du genou.

C’était la première des multiples chirurgies que Bushra a reçues à notre Hôpital. « La première semaine dans l’Unité de traumatologie, j’ai eu l’impression de subir plus de 20 opérations, affirme Bushra. J’ai alors décidé de cesser de compter. »

Les femmes du Centre de réadaptation

L’état médical de Bushra s’est assez amélioré pour lui permettre de passer au Centre de réadaptation. Elle allait y séjourner pendant plus d’un an, puis poursuivre la réadaptation en consultation externe. Avec l’encadrement de certains des meilleurs physiothérapeutes et prothésistes du domaine, Bushra a dû réapprendre à faire les activités les plus simples, par exemple lever les bras, bouger la tête et s’asseoir dans le lit, avant d’apprendre à marcher avec une prothèse. « Je les appelle les femmes du Centre de réadaptation, explique Bushra. Elles sont tellement compétentes dans leur domaine respectif, en plus d’être gentilles et attentionnées. Elles sont formidables. »

Bushra at the Rehab Centre, learning to stand.

À cette époque, Bushra ressentait toujours un grand malaise, non seulement à cause des chirurgies, mais aussi parce qu’elle revivait l’incident, éprouvait la culpabilité du survivant et pensait au reste de sa vie avec une incapacité. En essayant de gérer ces émotions, elle avait parfois l’impression de gravir des montagnes, mais certains jours, les émotions étaient trop lourdes à porter. « À un certain moment, j’ai même envisagé le suicide. Certains jours, je n’arrivais pas à me sortir du lit. Je n’avais pas seulement des entraves physiques. Sur le plan mental, je n’arrivais plus à composer avec tous les combats sur mon parcours », confie Bushra. Le personnel l’a alors présentée à Josie Marino, psychologue de l’Hôpital aujourd’hui à la retraite. Josie a joué un rôle déterminant dans les soins de Bushra parce qu’elle l’a aidée à surmonter ces obstacles mentaux. « Le stress post-traumatique ne s’estompe jamais complètement. Il resurgit lors de moments difficiles, mais Josie m’a donné les outils dont j’ai besoin pour le gérer », poursuit Bushra.

« J’aime aider les patients à acquérir la confiance qu’ils peuvent en faire plus qu’ils ne le pensent. » – Marie Andrée.

Les jours plus difficiles pour Bushra, sa physiothérapeute, Marie Andrée Paquin, adaptait les exercices à la douleur qu’elle ressentait. Les jours où Bushra ne se sentait pas assez bien pour quitter sa chambre, Marie Andrée lui faisait faire les exercices au lit. Les jours où elle se sentait plus forte, elle la poussait un peu plus loin. « J’aime aider les patients à acquérir la confiance qu’ils peuvent en faire plus qu’ils ne le pensent », précise Marie Andrée.

Elle est même allée jusqu’à montrer à Bushra à faire des exercices qui ressemblent à des mouvements de danse pour qu’elle puisse danser au mariage de sa sœur. « Cette flexibilité dans les soins était extraordinaire. Ils les ont véritablement adaptés à mes besoins », ajoute Bushra.

Découvrir l’espoir

Bushra, prosthetic leg

Après l’amputation, Bushra ne pouvait s’empêcher de s’inquiéter pour l’avenir. Après tout, elle n’avait jamais rencontré une personne ayant une prothèse de jambe. « Ma famille, tout comme moi, s’inquiétait du type de vie qui m’attendait », avoue Bushra. Lorsqu’elle en a pris conscience, la Dre Dudek a demandé à une ancienne patiente de venir voir Bushra. « Je me rappelle très clairement cette femme qui est entrée dans ma chambre de l’unité de traumatologie. J’ai eu un choc en la voyant marcher et jouer avec ses enfants, ajoute Bushra. Je suis contente que la Dre Dudek me l’ait présentée. Ce fut une rencontre déterminante pour moi. » Bushra ne s’est plus inquiété de son avenir par la suite. Au contraire, elle était pleine d’espoir.

Cette rencontre a donné à Bushra la confiance dont elle avait besoin pour essayer une prothèse de jambe. Elle a consulté Laura Scholtes, prothésiste à l’Hôpital, qui a ajusté son nouveau membre artificiel. Elle a appris à l’utiliser rapidement. Le personnel lui a ensuite parlé du système CAREN (Computer-Assisted Rehabilitation Environment).

Système CAREN

Bushra n’est pas la seule patiente ayant subi des blessures en Afghanistan. Ayant pris conscience du besoin, les Forces armées canadiennes et notre collectivité ont amassé des fonds pour permettre à L’Hôpital d’Ottawa d’acquérir un système de réalité virtuelle qui existe dans seulement deux villes au Canada. Le système CAREN joue un rôle déterminant pour les patients du Centre de réadaptation.

Bushra Saeed on the Computer-Assisted Rehabilitation Environment

« Le système CAREN est incroyable », explique Bushra, qui a utilisé cet équipement unique de réadaptation en réalité virtuelle. Il comprend un écran géant où des images en 3D sont projetées pour simuler un environnement réel ainsi qu’un tapis roulant contrôlé à distance. « Il permet aux patients de renforcer leur équilibre en toute sécurité », explique Marie Andrée. « Le système CAREN a été au cœur de mon rétablissement parce que j’ai pu apprendre à marcher avec une prothèse et repousser mes limites dans un environnement contrôlé et sécuritaire, ajoute Bushra. Il nous permet de nous exercer à marcher sur toutes sortes de surfaces. Il y avait même un programme de planche à pagaie. C’était très amusant. » L’entrainement avec ce système lui a permis de gagner en confiance. Aujourd’hui, elle fait du vélo et excelle à un poste de diplomate, des choses qu’elle ne s’attendait pas à pouvoir faire.

Une nouvelle vie après le traumatisme

Bushra with her baby

Une des premières questions de Bushra après la chirurgie de reconstruction de son abdomen concernait sa capacité d’avoir un enfant. Les blessures étaient tellement étendues que les chirurgiens ont dû insérer un filet pour reconstruire son abdomen. À cette époque, les médecins ne savaient pas si son corps allait être capable de s’adapter pour porter à terme un enfant. Huit ans plus tard, Bushra a annoncé qu’elle était enceinte et, tout comme elle s’est adaptée à une nouvelle normalité avec une incapacité, son corps s’est adapté à la croissance du bébé.

« Ce sont mes anges gardiens. Ce sont mes héros. Ils m’ont sauvé la vie. » – Bushra Saeed-Khan

À mesure que son ventre prenait de l’ampleur, toutefois, elle a eu davantage de difficultés avec sa prothèse. Laura a pu suivre Bushra tout au long de sa grossesse pour assurer le confort de la prothèse. Les deux derniers mois de la grossesse, cependant, Bushra ne parvenait plus à marcher sans douleur et a temporairement utilisé un fauteuil roulant. Comme Bushra devait accoucher par césarienne, la Dre Dudek a collaboré avec l’obstétricienne, la Dre Laura M. Gaudet, pour veiller à ce que Bushra ait une salle d’accouchement accessible – le cadre de porte devait être assez large pour laisser passer son fauteuil roulant et le lit devait être abaissable pour qu’elle puisse facilement se lever et se coucher.

Le jour après que Bushra ait donné naissance à une petite fille, la Dre Dudek est passée la voir. « Après ma première chirurgie, les médecins n’étaient pas certains que je pourrais avoir un enfant. Huit ans plus tard, la Dre Dudek a pris mon bébé dans ses bras, confie Bushra. C’était un moment spécial. C’était comme si je bouclais la boucle. »

Aujourd’hui, Bushra est capable de jouer avec sa fille de deux ans, tout comme la femme à la prothèse qui est venue la rencontrer à l’Hôpital au début de son rétablissement. L’espoir a pris forme et s’est concrétisé.

Plus d’une décennie plus tard

Plus de dix ans après l’incident, il est facile d’être impressionné par l’immense progrès de Bushra. Elle accepte toutefois chaque compliment sur son rétablissement avec humilité parce qu’elle sait qu’elle n’y est pas parvenue seule. Elle a eu le soutien de certains des meilleurs professionnels de la santé au pays. « Je suis devenue le fruit d’un ensemble de circonstances. J’ai eu la chance d’avoir la structure de soutien offerte par le Centre de réadaptation de L’Hôpital d’Ottawa, exprime Bushra. C’était un effort d’équipe. C’est grâce aux personnes qui ont pris soin de moi que j’ai pu retrouver une autonomie. Ce sont mes anges gardiens. Ce sont mes héros. Ils m’ont sauvé la vie. »

Téléchargez le balado Pulse pour entendre le Dr dès aujourd’hui pour connaître l’histoire de Bushra.

Donnez aujourd’hui pour que nous puissions donner une nouvelle vie à des patients comme Bushra.

D'autres histoires inspirant

Un jeune homme livre le combat de sa vie contre un phéochromocytome, une tumeur rare
Il a fallu une équipe d’experts pour diagnostiquer chez Bryde Fresque un phéochromocytome, une tumeur rare qui a mis son avenir en péril.
Une thérapie spécialisée aide une enseignante à se remettre d’un traumatisme cérébral – et les résultats sont remarquables
Les médecins craignaient que Casey Delaney ne puisse jamais recommencer à marcher, à parler ou à s’adonner à sa passion, l’enseignement, après avoir subi un grave traumatisme cérébral. Aujourd’hui, l’enseignante est de retour en classe grâce à une thérapie spécialisée de L’Hôpital d’Ottawa.
Une journée dans la vie d’un chirurgien en traumatologie
Découvrez les dessous du seul centre de traumatologie de niveau 1 de la région et de son équipe hautement qualifiée, qui unit ses forces chaque fois qu’un patient franchit ses portes.

Poussé par la détermination, il marche de nouveau après un diagnostic de syndrome de Guillain-Barré

Le féru de vélo Fran Cosper a vu sa vie basculer quand il s’est réveillé en pleine nuit pour réaliser qu’il ne sentait plus ses jambes. Les médecins de L’Hôpital d’Ottawa lui ont diagnostiqué le syndrome de Guillain-Barré, qui provoque la paralysie. Mais Fran comptait bien retrouver l’usage de ses jambes.

Fran Cosper, un cycliste de longue distance, considérait qu’il était dans la meilleure forme de sa vie à l’approche de l’hiver 2017. Mais à la mi-février, il s’est réveillé en pleine nuit pour réaliser qu’il ne sentait plus ses jambes. Le lendemain matin, en essayant de sortir du lit, il s’est écroulé : ses fortes jambes n’étaient tout à coup plus fonctionnelles. Peu de temps après, il a reçu un diagnostic de syndrome de Guillain-Barré (SGB), une maladie qui peut entraîner une paralysie permanente. Il était alors loin de se douter que sa récupération l’amènerait à côtoyer une équipe d’experts, à utiliser la réalité virtuelle à L’Hôpital d’Ottawa et à trouver la détermination de marcher à nouveau, mais aussi d’aider des patients à son tour.

Quand les symptômes se sont soudainement manifestés, Fran a d’abord cru que ce ne pouvait être grave, parce qu’il prenait soin de sa santé. Le matin, il a tenté d’aller au sous-sol pour s’entraîner. « J’ai voulu me mettre à quatre pattes, mais je suis tombé face première sur le tapis. Je me suis dit : “Bon, je ne peux plus bouger. C’est très grave, finalement.” Elise, ma femme, est descendue et a vu que j’avais une paralysie faciale. Elle pensait que je faisais un AVC. »

Mais comme Fran le savait, les AVC ne paralysent habituellement qu’un côté du corps, ce qui voulait dire que c’était autre chose. Et que c’était grave.

Qu’est-ce que le syndrome de Guillain-Barré?

Fran is secured to an adjustable bed prior to using the CAREN machine at the Ottawa Hospital Rehab Centre.
Fran à l’hôpital.

Après s’être soumis à un examen minutieux, Fran a reçu un diagnostic de SGB. Cette maladie auto-immune rare pousse le système nerveux à attaquer les nerfs et à endommager la gaine de myéline, soit la membrane qui les protège. Les dommages empêchent la transmission des signaux du cerveau vers les nerfs des muscles, ce qui entraîne une faiblesse, un engourdissement ou, comme dans le cas de Fran, la paralysie.

Le syndrome de Guillain-Barré peut être causé par une infection ou un virus. Fran, âgé de 56 ans, avait contracté deux rhumes coup sur coup, ce qui pourrait avoir affolé son système immunitaire. En l’espace de quelques jours, il s’est mis à perdre l’équilibre et à avoir de la difficulté à soulever ses casseroles. Puis quelques heures plus tard, la maladie atteignait son point culminant et attaquait le système nerveux. Fran ne pouvait plus bouger.

« C’était comme une expérience extracorporelle. Mon cerveau fonctionnait normalement, mais mon corps ne m’obéissait plus. » – Fran Cosper

« Le Centre de réadaptation de L’Hôpital d’Ottawa accueille chaque année cinq ou six patients atteints du syndrome de Guillain-Barré, explique la Dre Vidya Sreenivasan, spécialisée en médecine physique et en réadaptation. Chez certains, les symptômes sont légers, mais chez d’autres, comme Fran, l’atteinte est plus grave. »

Une récupération particulièrement difficile

Chaque année, environ un Canadien sur 100 000 contracte le syndrome de Guillain-Barré. La récupération peut durer plus d’un an, parce que les nerfs se régénèrent lentement, à raison d’un millimètre par mois. Pour Fran, la récupération serait beaucoup plus longue.

Même une fois qu’il a été admis à l’hôpital, la maladie a continué d’endommager ses nerfs. Deux semaines après son arrivée, il a été transféré au Centre de réadaptation, où son équipe de soin comprenait médecins, psychologues, travailleurs sociaux, thérapeutes en loisirs, physiothérapeutes, pneumologues, ergothérapeutes et personnel infirmier.

« À ce moment-là, j’ai décidé de me battre. J’allais me retrousser les manches et tout faire pour améliorer mon sort, même si je ne savais pas ce que ça donnerait. » – Fran Cosper

Fran était entièrement dépendant de cette équipe. Il fallait le laver, l’habiller et le retourner dans son lit. Il ne pouvait même pas fermer les yeux, si bien que le personnel infirmer devait maintenir ses paupières closes avec du ruban adhésif pour qu’il puisse dormir.

« C’était comme une expérience extracorporelle. Mon cerveau fonctionnait normalement, mais mon corps ne m’obéissait plus. » Le cycliste ressentait aussi des douleurs atroces en raison des dommages subis par ses nerfs. Couché dans son lit d’hôpital et incapable de bouger, il a pris une décision.

« Étrangement, je n’avais pas peur. À ce moment-là, j’ai décidé de me battre. J’allais me retrousser les manches et tout faire pour améliorer mon sort, même si je ne savais pas ce que ça donnerait. »

La vidéo est uniquement disponible en anglais.

La haute technologie au service de la réadaptation

Si Fran a pu passer à travers un plan de thérapie rigoureux, c’est parce qu’il avait une excellente forme physique, beaucoup de détermination et une attitude positive. Il faisait de la physiothérapie cinq heures par jour, notamment à la piscine du Centre de réadaptation trois fois par semaine. Après deux mois, il pouvait se tenir debout et, avec de l’aide, faire quelques pas. C’est entre autres grâce au laboratoire de réalité virtuelle – l’un des deux seuls au Canada – qu’il a pu réapprendre à marcher.

Fran in pool.
Fran se rendait à la piscine du Centre de réadaptation trois fois par semaine.

« La piscine et la salle de réalité virtuelle m’ont été indispensables. Sans ces installations, il m’aurait fallu beaucoup plus de temps pour retrouver l’usage de mes jambes. »
– Fran Cosper

Le système CAREN (acronyme anglais signifiant « environnement de réadaptation assisté par ordinateur ») combine un écran de la taille d’une pièce, un tapis roulant double contrôlé à distance, une technologie d’analyse du mouvement de classe mondiale et une plateforme qui répond aux mouvements du patient alors qu’il explore un monde en trois dimensions tout en étant retenu par un harnais. Installé devant des représentations visuelles préprogrammées, le patient répond à des stimuli environnementaux en transférant son poids, en accélérant ou en décélérant ou même en faisant des mouvements particuliers. Le niveau de difficulté peut être rehaussé graduellement, à mesure que progresse la réadaptation.

Fran in VR lab.
Si Fran a réappris à marcher, c’est entre autres grâce au laboratoire de réalité virtuelle – l’un des deux seuls au Canada.

« Cette salle est tout droit sortie d’un film de science-fiction. Elle met vraiment le corps à l’épreuve. Après une heure d’exercices, j’étais tout en sueur. La piscine et la salle de réalité virtuelle m’ont été indispensables. Sans ces installations, il m’aurait fallu beaucoup plus de temps pour retrouver l’usage de mes jambes. »

« J’ai pratiquement été effacé de la carte pendant un an. Mais le seul point négatif de mon séjour à l’hôpital, ç’a été la maladie elle-même. »
– Fran Cosper

Selon la Dre Nancy Dudek, directrice médicale du programme pour les amputés du Centre de réadaptation de L’Hôpital d’Ottawa, ce système d’exception présente de nombreux avantages pour les patients. « Tout est possible, ça donne vraiment libre cours à la créativité. Au lieu de se tenir à des barres parallèles, le patient est retenu par un harnais de sécurité. C’est un système très novateur et bénéfique. »

Installé en 2010 grâce à l’appui local et à un partenariat avec les Forces canadiennes, le système CAREN a initialement servi, entre autres choses, à aider les soldats blessés de retour d’Afghanistan. Depuis, il a profité à bien des patients hospitalisés pour diverses raisons : traumatisme cérébral, AVC, maladie neuromusculaire, amputation, douleur chronique, etc.

La récupération se poursuit

Quand Fran a reçu son congé du Centre de réadaptation, en octobre 2017, il a versé quelques larmes, et les membres du personnel soignant aussi. Ce sont eux qui lui avaient fourni ses soins quotidiens et qui l’avaient guidé pour qu’il puisse à nouveau se laver, s’habiller et être autonome.

Fran on exercise ball
Fran entre les mains de l’équipe de réadaptation.

« Je suis vraiment reconnaissant de la gentillesse et de la qualité des soins auxquels j’ai eu droit. Le personnel a été incroyable, raconte Fran. J’ai pratiquement été effacé de la carte pendant un an. Mais le seul point négatif de mon séjour à l’hôpital, ç’a été la maladie elle-même. »

Fran est sorti du Centre de réadaptation avec une marchette. Quand il est revenu pour un rendez-vous de suivi, un mois plus tard, il marchait sans aide.

Aujourd’hui, il a repris le vélo, bien qu’il ne fasse pas encore des 100 kilomètres, et poursuit sa thérapie. Il ressent toujours de la douleur, et ses bras mettent du temps à récupérer. Il faudra aussi plus de temps pour que ses doigts retrouvent leur motricité fine. Comme il est saxophoniste, il est motivé à en retrouver le plein usage.

« J’ai maintenant espoir de pouvoir rejouer du saxophone un jour, parce que ma dextérité s’améliore. C’est un processus qui se poursuit. »

Donner au suivant

S’il y a deux personnes que Fran n’oubliera jamais, ce sont les bénévoles Chris et Claude, qui ont été là pour lui quand il était au Centre de réadaptation. Ils le sortaient pour prendre un café et discuter. Au départ, il n’avait aucune idée de qui était ces personnes vêtues d’un veston bleu, mais il a vite compris le rôle important qu’elles jouaient à l’hôpital.

« Je me souviens d’avoir demandé à Chris pourquoi il faisait du bénévolat. Il m’a expliqué qu’il avait une tumeur inopérable au cerveau et qu’il allait mourir. Il m’a dit : “On a tellement bien pris soin de moi ici que j’ai décidé de consacrer le temps qu’il me reste au bénévolat.” J’ai fondu en larmes et décidé à ce moment-là de devenir bénévole. »

Fran in blue vest.
Aujourd’hui, Fran donne au suivant en faisant du bénévolat à l’Hôpital.

Avant la pandémie, Fran passait deux jours par semaine auprès de patients, parfois dans son ancienne chambre au Centre de réadaptation, pour leur montrer ce qu’ils pouvaient accomplir. « Je me rappelle avoir vu une femme couchée sur une civière dans le couloir. Elle s’apprêtait à se faire opérer, et il n’y avait personne avec elle. Je me suis penché au-dessus d’elle et je lui ai dit que tout allait bien se passer. Je l’ai revu par la suite et elle m’a remercié. »

Voilà pourquoi Fran porte fièrement le veston bleu. Il a vécu des jours sombres, et aujourd’hui, il est heureux de pouvoir aider les autres quand ils ont besoin d’entendre une voix rassurante, comme Chris et Claude l’ont fait pour lui. Il s’estime aussi chanceux de pouvoir faire du bénévolat à l’hôpital qui a rendu possible son long rétablissement.

Écoutez Fran témoigner dans Pulse, le balado de la Fondation de l’Hôpital d’Ottawa.

Votre don servira à mettre à la disposition de patients comme Fran Cosper l’équipement de pointe nécessaire à leur récupération.

D'autres histoires inspirant

Un jeune homme livre le combat de sa vie contre un phéochromocytome, une tumeur rare
Il a fallu une équipe d’experts pour diagnostiquer chez Bryde Fresque un phéochromocytome, une tumeur rare qui a mis son avenir en péril.
Une thérapie spécialisée aide une enseignante à se remettre d’un traumatisme cérébral – et les résultats sont remarquables
Les médecins craignaient que Casey Delaney ne puisse jamais recommencer à marcher, à parler ou à s’adonner à sa passion, l’enseignement, après avoir subi un grave traumatisme cérébral. Aujourd’hui, l’enseignante est de retour en classe grâce à une thérapie spécialisée de L’Hôpital d’Ottawa.
Une journée dans la vie d’un chirurgien en traumatologie
Découvrez les dessous du seul centre de traumatologie de niveau 1 de la région et de son équipe hautement qualifiée, qui unit ses forces chaque fois qu’un patient franchit ses portes.

Les blessés de l’accident d’autobus à la station Westboro ont été soignés avec compassion

Marcie Stevens comptait parmi les 13  patients gravement blessés qui sont arrivés au centre de traumatologie de L’Hôpital d’Ottawa à la suite de l’accident d’autobus de Westboro. Un an plus tard, après avoir perdu ses deux jambes, Marcie poursuit son rétablissement au Centre de réadaptation et elle est reconnaissante des soins empreints de compassion qu’elle a reçus.

Pour savoir comment Marcie se porte aujourd’hui, cliquez ici.

C’était une journée glaciale d’hiver, Le vendredi 11 janvier  2019. Marcie Stevens quittait le centre-ville afin de rentrer chez elle à Kanata pour la fin de semaine. L’employée de Sécurité publique Canada était assise au deuxième étage de l’autobus à deux étages d’OC Transpo lorsque celui-ci a heurté un abribus à la station Westboro. Il était 15 h 50.

À dix minutes de route de la scène de l’accident, l’équipe de traumatologie de L’Hôpital d’Ottawa a reçu l’alerte, et un code orange a été déclaré. On a commencé à faire de la place à l’Urgence et un grand nombre d’employés sont arrivés, dont des chirurgiens, des infirmières, des anesthésiologistes, des urgentologues et du personnel de soutien. Une importante équipe d’environ 150 personnes attendait de recevoir les passagers blessés. À 16 h 28, le premier patient est arrivé au Campus Civic de L’Hôpital d’Ottawa où se trouve le seul centre de traumatologie de niveau 1 de l’Est de l’Ontario. Au total, 13  patients gravement blessés ont été transportés d’urgence au centre de traumatologie – Marcie Stevens était parmi ces blessés.

Le calme durant la tempête

La femme mariée, mère de deux enfants, se souvient qu’elle était consciente et extrêmement calme tout au long de l’épreuve. Même si elle était coincée au niveau supérieur de l’autobus et grièvement blessée, elle a pu téléphoner à son mari, Christopher, pour lui dire qu’elle ne pouvait pas aller chercher les enfants. Elle a même pensé à téléphoner au travail pour signaler qu’elle allait être absente lundi et a été en mesure d’aider à calmer les autres blessés alors que les équipes d’urgence s’efforçaient de les extirper des débris. Confrontée à l’adversité, Marcie allait avoir besoin de cette sérénité tranquille pour affronter ce qui l’attendait.

« Je n’aurais jamais pu me rendre aussi loin sans les gens et le soutien incroyables de L’Hôpital d’Ottawa – de l’équipe de traumatologie, du personnel des Soins intensifs et de celui du Centre de réadaptation – c’est incroyable. Le mot idéal pour les décrire, c’est la compassion ». – Marcie Stevens

L’équipe de traumatologie était prête

Une fois arrivée à l’Urgence, Marcie se rappelle avoir perdu tant de sang que sa tension artérielle a commencé à chuter après sa tomodensitométrie, mais l’équipe de traumatologie était prête. « L’infirmière à l’Urgence avait déjà un sac de sang O négatif dans sa poche. Ils ont immédiatement commencé à pomper le sang dans mon organisme. Ma tension s’est stabilisée et j’ai ensuite été transportée à la salle d’opération. Le seul moment où j’ai perdu connaissance était lorsqu’ils m’ont mis le masque pour m’endormir. 

 

Four physicians in an emergency room at The Ottawa Hospital

(De gauche à droit) Dr Maher Matar, Dr Peter Glen, Dr Ian Grant et Dre Jacinthe Lampron

 

Marcie s’est réveillée le dimanche matin, sonnée et enflée. C’est alors que son mari lui a dit que ses deux jambes avaient été amputées. « Avant de subir l’opération, je savais que j’avais perdu ma jambe gauche, parce qu’ils me l’ont dit. Ils allaient essayer de sauver la jambe droite, mais ils n’ont pas été capables de le faire, et ils ont dû l’amputer le samedi ». 

Alors qu’une vie complètement nouvelle l’attendait, Marcie n’a jamais perdu son attitude positive. « On s’adapte aux choses, et c’est ce que j’ai fait. C’est comme ça la vie. Je n’aurais jamais pu me rendre aussi loin sans les gens et le soutien incroyables de L’Hôpital d’Ottawa – de l’équipe de traumatologie, du personnel des Soins intensifs et de celui du Centre de réadaptation – c’est incroyable. Le mot idéal pour les décrire, c’est la compassion ».

La vidéo est uniquement disponible en anglais.

L’aube d’une nouvelle vie

Peu de temps après l’accident d’autobus, la Dre Nancy Dudek, directrice médicale du programme du Centre de réadaptation de L’Hôpital d’Ottawa conçu pour les amputés, a rencontré Marcie à son chevet pour la première fois. « Je rendais régulièrement visite à Marcie lorsqu’elle était à l’unité de traumatologie afin de déterminer le moment où elle serait prête du point de vue médical à être transférée au Centre de réadaptation ». Le Centre de réadaptation de L’Hôpital d’Ottawa se spécialise dans la réadaptation physique d’adultes ayant subi une maladie ou une blessure qui a diminué leur capacité fonctionnelle. Ses services sont offerts aux résidents de l’Est de l’Ontario.

Cependant, la Dre Dudek ne manque pas de mentionner que le processus de réadaptation de Marcie a été entamé peu de temps après que cette dernière a été admise à l’hôpital. « Nous avons commencé à élaborer le programme de réadaptation pendant qu’elle était encore à l’unité de traumatologie. Elle participait très activement à la réadaptation précoce ».

Marcie chez elle avec sa famille

Marcie a commencé son parcours vers un nouveau mode de vie pendant que son équipe multidisciplinaire l’aidait à guérir de ses blessures. Dans le cadre de ce processus, elle a appris encore une fois comment se déplacer de manière indépendante.

À la fin du mois de février, Marcie a été transférée au Centre de réadaptation de L’Hôpital d’Ottawa. Elle raconte que les employés étaient incroyables dès le moment où elle est arrivée. « J’étais dans une chambre avec trois autres femmes. Ils ont installé les deux patientes qui s’endormaient tôt d’un côté et les oiseaux de nuit – une patiente plus âgée et moi – de l’autre côté ».

Pendant sa réadaptation, Marcie a appris comment passer de son lit à son fauteuil roulant toute seule. Elle a appris à faire la cuisine dans une cuisine non adaptée afin de se préparer à retourner chez elle, et elle est en train d’apprendre comment conduire à l’aide de commandes à la main.

Préparer le retour à la maison

La Dre Dudek explique qu’il y a beaucoup de matière à couvrir en réadaptation. « Nous enseignons des compétences sur le plan des fauteuils roulants, y compris comment déterminer quel est le bon fauteuil roulant pour le patient. Il fallait également travailler sur le renforcement musculaire, dont les abdominaux. Ensuite, nous avons discuté de ses besoins immédiats afin de lui permettre de retourner chez elle pour vivre avec sa famille, dont ses fils âgés de cinq et de douze ans ».

Marcie Stevens and Dr. Dudek
Marcie avec le Dr Nancy Dudek au Centre de réadaptation.

Marcie est rentrée à la maison le vendredi 12 avril 2019, trois mois après son arrivée à L’Hôpital. Questionnée pour savoir ce qu’elle ressentait lorsqu’elle a quitté le Centre de réadaptation, elle prend un moment, puis elle répond : « C’était excitant. Ce n’est pas comme si je n’appréciais pas le Centre de réadaptation », précise-t-elle immédiatement en souriant à la Dre Dudek, « mais ça faisait du bien d’être de retour à la maison avec les enfants ».

Bien sûr, le fait de rentrer à la maison ne voulait pas dire que Marcie avait terminé sa réadaptation, mais c’était un important jalon dans son rétablissement – un rétablissement qu’elle a affronté avec ténacité, sans jamais fléchir. La Dre Dudek affirme que Marcie a été une source d’inspiration au cours de la dernière année. « Elle est une personne incroyablement positive. Cela a toujours été constant. C’était là dès notre première rencontre et ça n’a jamais vraiment disparu. Elle est pleine d’énergie et les gens gravitent vers elle. Elle est très populaire ici ».

« Le Centre de réadaptation est génial. C’est le joyau de l’hôpital que tout le monde ignore. Le personnel est comme caché ici et doit gérer une si grande variété de blessures et d’états d’esprit. Ce ne sont pas tous les patients du Centre qui acceptent ce qui leur est arrivé », admet Marcie.

Alors qu’elle raconte tout ce qu’elle a vécu durant la dernière année, Marcie continue de plaisanter et de rire. Questionnée pour savoir si elle croit que cette incroyable attitude a joué un rôle dans le rétablissement de Marcie, la Dre Dudek ne tarde pas à répondre. « Absolument. Elle a fait d’importants changements et mis en application de nouvelles choses dans sa vie. C’est très impressionnant à voir. Nous pouvons montrer aux gens comment faire, mais nous ne pouvons pas le faire pour eux ».

 

Aller de l’avant

Aujourd’hui, Marcie et sa famille vont de l’avant. Ils doivent emménager dans une nouvelle résidence qui est totalement adaptée, et Marcie dit vouloir retourner travailler un jour.

Ses collègues lui manquent, mais elle sait que ce jour finira par arriver. « Je suis une personne très positive et j’aurai besoin d’un certain temps pour m’habituer aux changements dans ma vie, pour m’adapter au fait de ne plus avoir de jambes. C’est difficile, mais j’y arriverai ».

Pour le moment, Marcie poursuit ses activités de réadaptation régulières. Ultimement, il lui suffira de ne faire que des visites annuelles. D’ici là, elle passe ses semaines au centre sportif et à la piscine pour bâtir la force nécessaire afin d’affronter sa nouvelle réalité. Malgré les difficultés, elle prend les choses avec confiance, avec le sourire et, si l’on peut dire, avec un certain aplomb alors qu’elle se met en route sur son fauteuil roulant, vêtue d’un manteau de cuir noir, des lunettes de soleil sur le nez et une mèche rose dans les cheveux.

Mise à jour : Deux ans plus tardMarcie Stevens' prostheses

Aujourd’hui, Marcie apprend à marcher avec ses nouvelles prothèses. Malgré les retards causés par la pandémie, elle espère avoir de bonnes nouvelles au printemps. « J’explore des interventions qui faciliteront mes déplacements avec mes prothèses après une importante perte de poids », dit Marcie. Elle a perdu 60 livres dans un effort de mieux s’adapter à ses prothèses orthopédiques.

Au printemps, Marcie espère pouvoir essayer des genoux électriques qui faciliteront ses mouvements pour s’asseoir et se lever. Elle recevra aussi son véhicule adapté pour pouvoir conduire ses garçons à leurs activités. En deux ans, Marcie a fait beaucoup de chemin. Notre équipe de réadaptation accompagne Marcie à chaque étape de son rétablissement en cours.

Votre soutien fournira un financement essentiel
pour améliorer les soins aux patients comme Marcie.

D'autres histoires inspirant

Une thérapie spécialisée aide une enseignante à se remettre d’un traumatisme cérébral – et les résultats sont remarquables
Les médecins craignaient que Casey Delaney ne puisse jamais recommencer à marcher, à parler ou à s’adonner à sa passion, l’enseignement, après avoir subi un grave traumatisme cérébral. Aujourd’hui, l’enseignante est de retour en classe grâce à une thérapie spécialisée de L’Hôpital d’Ottawa.
Une journée dans la vie d’un chirurgien en traumatologie
Découvrez les dessous du seul centre de traumatologie de niveau 1 de la région et de son équipe hautement qualifiée, qui unit ses forces chaque fois qu’un patient franchit ses portes.
Traumatisme et guérison après une explosion en Afghanistan
La mission de Bushra Saeed-Khan en Afghanistan a été écourtée après l’explosion d’un engin explosif improvisé, qui a failli mettre un terme à sa vie. L’Hôpital d’Ottawa était prêt pour l’aider à se rétablir.

Ashley  Ruelland  et l’« instant » qui a changé sa vie

En mars 2015, Ashley Ruelland se rendait à un enterrement de vie de jeune fille à Mont Tremblant lorsqu’une autre voiture a franchi la ligne centrale et a frappé son véhicule de plein front. Son rétablissement a nécessité neuf mois à l’unité des soins intensifs, à l’unité de traumatologie et en réadaptation et se poursuit à ce jour.

La vie peut changer en un instant. Ashley Ruelland en sait quelque chose et peut maintenant raconter son « instant » après y avoir survécu.

Ashley, qui a récemment raconté son histoire de courage au Petit déjeuner du président de la Fondation de l’Hôpital d’Ottawa, vivait avant son accident en appartement avec ses deux chats. À 27 ans, elle avait une vie bien remplie comme directrice de travaux, administratrice de bureau à temps partiel et propriétaire d’une nouvelle entreprise de traiteur. Elle n’avait pratiquement jamais été malade et ne savait pas du tout où se trouvait le Campus Civic de L’Hôpital d’Ottawa.

Mais tout a changé le vendredi 13  mars 2015.

La jeune femme conduisait la future mariée et une amie à un enterrement de vie de jeune fille au Mont Tremblant. Les trois amies débordaient de joie par cette belle journée.

À environ une heure de leur destination, sur la route 323, une voiture a traversé la ligne centrale et les a frappées de front. Ce fut l’« instant » d’Ashley. L’impact a produit un son atroce, un bruit de métal broyé et de verre fracassé.

Comble du miracle, une des premières personnes sur les lieux était une résidente de L’Hôpital d’Ottawa, qui s’est empressée d’évaluer les blessures d’Ashley. Les premiers intervenants se sont démenés pendant une heure pour sortir la conductrice de son véhicule. Envoyée d’urgence à l’Hôpital de Hull, la patiente avait des blessures si graves qu’elle a dû être transférée à l’unique centre de traumatologie de la région, le Campus Civic de L’Hôpital d’Ottawa.

Ses amies s’en sont tirées avec des blessures relativement mineures, mais Ashley avait une liste interminable de fractures, allant du gros orteil droit aux côtes. Elle avait principalement une fracture ouverte du fémur, une fracture ouverte du coude gauche, une fracture de l’humérus droit, un pied écrasé et brisé avec fractures à la cheville, une fracture en « livre ouvert » du bassin et plusieurs vertèbres lombaires fracturées.

Ashley Ruelland dans son lit d’hôpital
Ashley  Ruelland  a passé neuf  mois à L’Hôpital d’Ottawa pour guérir de ses blessures, qui comportaient une longue liste de fractures. Sa mère,  Cheryl  Ruelland-Jackson  (à gauche), le chat  de thérapie Pecan, de  Therapeutic  Paws  of Canada,  et son frère, Robbie Ruelland, figuraient  parmi ses visiteurs.

 « Penser à la vie qui m’attendait à l’extérieur de l’hôpital me faisait peur. »

« La vie de cette femme a changé à jamais », s’est dit le Dr Guy Hébert, chef du Département de médecine d’urgence, lorsqu’il a examiné les centaines de dossiers portant sur les chirurgies et le traitement de Mme Ruelland.

Plongée dans un coma artificiel pendant deux mois aux Soins intensifs, la patiente a eu de nombreuses chirurgies reconstructives, 100 heures de chirurgie orthopédique et interne et plus de 100 transfusions de sang et infections.

Quatre mois après l’accident, elle a commencé à faire de la physiothérapie dans son lit d’hôpital et à manger des aliments solides. Elle avait perdu tous ses cheveux et avait de graves dommages aux nerfs ainsi qu’une myopathie et neuropathie chroniques.

« Je ne pouvais pas manger ni me brosser les dents par moi-même, et je ne pouvais pratiquement pas bouger », dit-elle. « Les premières semaines étaient comme une torture. Les infirmières fixaient de petits objectifs, comme m’asseoir dans un fauteuil roulant 20 minutes par jour. Le physiothérapeute et l’ergothérapeute ne savaient pas si j’allais pouvoir un jour marcher à nouveau. Penser à la vie qui m’attendait à l’extérieur de l’hôpital me faisait peur. »

Le premier signe véritable de rétablissement est apparu quelques semaines plus tard, lorsqu’elle a pu manger toute seule.

En août 2015, Mme Ruelland a été transférée au Centre de réadaptation de L’Hôpital d’Ottawa, au Campus Général, où elle a commencé un programme intense de physiothérapie, d’ergothérapie et de psychothérapie. Peu avant Noël, neuf mois après l’accident, elle quittait l’hôpital. Toujours en fauteuil roulant et encore peu fonctionnelle, elle se sentait néanmoins plus forte et en meilleure santé.

Ashley Ruelland aux barres parallèle
Un  an et demi après son « instant »,  Ashley  Ruelland  a pu marcher  à nouveau  avec  l’aide d’une marchette.
Ashley Ruelland

La jeune femme a continué de recevoir des soins comme patiente externe en réadaptation et a eu sa dernière chirurgie en février 2016, ce qui lui a permis de passer de son lit à son fauteuil sans aide.

« En mai 2016, je me suis tenue debout sans aide pour la première fois », dit-elle. « Et après beaucoup d’autres semaines à apprendre à me tenir debout et à marcher avec beaucoup de douleur dans la piscine thérapeutique du Centre de réadaptation de l’Hôpital, j’ai commencé à marcher entre des barres parallèles avec l’aide d’un harnais. À la fin de l’été, je pouvais me déplacer avec une marchette. »

Plus de deux  ans plus tard, Mme  Ruelland peut marcher. En fait, elle ne fait pas que marcher, mais elle voyage et vient de rentrer d’Irlande. Elle est aussi aux études et cherche à acheter une maison.


Ashley Ruelland réfléchit souvent à l’« instant » qui a changé sa vie et sera éternellement reconnaissante pour les soins exceptionnels qu’elle a reçus à L’Hôpital d’Ottawa. « Sans eux, je ne serais pas ici aujourd’hui ».

D'autres histoires inspirantes

Un jeune homme livre le combat de sa vie contre un phéochromocytome, une tumeur rare
Il a fallu une équipe d’experts pour diagnostiquer chez Bryde Fresque un phéochromocytome, une tumeur rare qui a mis son avenir en péril.
Une thérapie spécialisée aide une enseignante à se remettre d’un traumatisme cérébral – et les résultats sont remarquables
Les médecins craignaient que Casey Delaney ne puisse jamais recommencer à marcher, à parler ou à s’adonner à sa passion, l’enseignement, après avoir subi un grave traumatisme cérébral. Aujourd’hui, l’enseignante est de retour en classe grâce à une thérapie spécialisée de L’Hôpital d’Ottawa.
Une journée dans la vie d’un chirurgien en traumatologie
Découvrez les dessous du seul centre de traumatologie de niveau 1 de la région et de son équipe hautement qualifiée, qui unit ses forces chaque fois qu’un patient franchit ses portes.