Lorsque Fatima Siadat est arrivée au Canada il y a 32 ans, elle était prête à commencer sa nouvelle vie après avoir fui l’Iran. Toutefois, elle a été freinée dans ses ambitions, car une maladie de l’œil dont elle avait reçu le diagnostic à 20 ans, la kératite de Thygeson, a empiré.

Puisque la Néo-Canadienne ne parlait ni le français ni l’anglais, l’idée de se retrouver à l’hôpital lui faisait peur. Or, l’expérience a été toute autre. Elle a été en bonnes mains avec l’équipe de l’Institut de l’œil de l’Université d’Ottawa, à L’Hôpital d’Ottawa.

Elle se souvient de ses premières interactions avec le Dr Bruce Jackson, ophtalmologiste qui lui a offert d’excellents soins. La communication se faisait par l’entremise du frère de Fatima, qui faisait office d’interprète. « Lorsque j’ai été admise à l’hôpital et que j’ai fait la connaissance du Dr Jackson, je venais de recevoir une invitation à un mariage, mais mon état était douloureux et je devais porter des pansements sur les yeux. Le Dr Jackson m’a assuré que je pourrais assister au mariage sans inquiétude, ce qui fut le cas », se souvient-elle.

Grâce aux soins exceptionnels et empreints de compassion qu’elle a reçus, Fatima a retrouvé la vue. Elle a pu vivre avec la maladie et a fait des études au Collège Algonquin avant de devenir superviseure d’un service de garde. Elle continue de recevoir des soins à notre hôpital.

La bonté et l’expertise dont elle a fait l’expérience ont motivé Fatima à faire des dons mensuels à L’Hôpital d’Ottawa. C’est ainsi qu’elle remercie les médecins qui lui ont permis de retrouver la vue. Chaque fois qu’elle lit une nouvelle histoire de la Fondation, elle est encore plus reconnaissante de pouvoir contribuer à aider les autres. « Je suis fière que ma très petite contribution permette d’aider d’autres patients à retrouver leur vie et leur bonheur. »

Fatima Siadat

Le regard tourné par l’avenir, Fatima souhaite que la portée de sa contribution perdure : elle laissera un legs à notre hôpital dans son testament. « Je suis en vie et je peux voir le résultat de mes dons; je suis fière d’aider d’autres patients dans l’avenir. »

Q: Qu’est-ce qui vous a inspirée à donner à la Fondation de l’Hôpital d’Ottawa?

Mes médecins m’ont inspirée. Seulement un mois après mon arrivée au Canada, la maladie de l’œil dont j’étais atteinte, la kératite de Thygeson, s’est tellement aggravée que j’ai dû être hospitalisée à L’Hôpital d’Ottawa. À l’époque, je ne parlais pas anglais, mais ils m’ont très bien soignée. Ils m’ont donné un nouveau cristallin et ma vision s’est immédiatement améliorée.

Q: Pourquoi avez-vous choisi de faire des dons mensuels?

Mon premier don remonte à 2002. Cela faisait du bien de redonner. J’aime que l’hôpital sache qu’il peut compter sur moi tout au long de l’année. C’est ma façon de dire merci. Je donne chaque mois depuis 19 ans. J’en suis très fière, surtout lorsque je vois la portée de mes dons.

« Je suis en vie et je peux voir le résultat de mes dons; je suis fière d’aider d’autres patients dans l’avenir. »

— Fatima Siadat

Q: Qu’est-ce qui vous a motivée à prévoir dans votre testament un don à L’Hôpital d’Ottawa?

Cela a toujours été important de remercier ceux qui m’ont aidée à retrouver la vue. Je vois aujourd’hui les résultats de mes dons mensuels et je veux pouvoir continuer à aider même quand je ne serai plus là.

Q: Que diriez-vous à une personne qui songe à faire un don à L’Hôpital d’Ottawa?

Cela fait du bien de partager le bonheur de redonner à d’autres leur vie et de lire les choses merveilleuses qui se passent à l’hôpital. Vous savez que vous faites vraiment une différence lorsque vous donnez.